GARAC : Des majors de promo « au féminin »

GARAC : Des majors de promo « au féminin »

Marie BRABANT vient d’être diplômée du BTS Après-Vente Moto et Eva UKALOVIC a obtenu son Bac Pro Vente. Rares filles dans l’Après-Vente auto, elles conjuguent passion et positionnement de major de promotion pour l’Ile de France pour la session des examens 2017. 100% des jeunes filles du GARAC passant le BAC ont été reçues.

Avec un BAC S en poche préparé volontairement dans une école militaire pour acquérir des méthodes de travail, virus motard chevillé au corps, Marie Brabant décide d’intégrer le GARAC pour préparer un BTS Après-Vente Moto. Allier théorie et pratique, c’est pour elle très motivant. Ses cours préférés : la gestion de la qualité, l’analyse fonctionnelle et structurelle en mécanique et thermodynamique! Ses stages la passionnent chez un concessionnaire qui vend des Indian et des Victory, deux marques assez nouvelles sur le marché français et achetées par Polaris. Durant sa scolarité au GARAC, Marie trouve le temps de s’investir dans des projets moto tel le Rallye du Maroc et de suivre les cours du samedi matin de « prépa études supérieures ». Comme la démarche qualité et la relation Clients l’intéressent énormément, elle passe les tests de recrutement du CNAM et du GARAC de la formation d’ingénieur proposée par le GARAC auxquels elle a été reçue avec succès. Major de promotion 2017 BTS AVA MOTO de l’Ile de France, Marie entame ainsi à la rentrée de septembre 2017 trois années en apprentissage de dures formations pour obtenir le titre d’ingénieur en mécatronique Ingénierie des process d’assistance aux véhicules.

Pour Eva, l’automobile la ramène à des souvenirs d’enfance où son père l’emmenait en concession et où toutes les voitures lui paraissaient magnifiques. A tel point qu’elle annule en 3eme un voyage pour passer une semaine en concession automobile. Rien de plus logique pour elle que d’entrer au GARAC pour préparer son BAC PRO Vente appliquée à l’automobile. Elle y découvre alors la vente de pièces et accessoires auto, le VN, le VO, la location, les financements. Elle sait créer des liens avec les gens qui l’entourent et elle aime le contact avec les clients « discuter avec eux, leur vendre quelque chose qui va améliorer leur quotidien. C’est un métier qui lui permet de s’affirmer ». Faire ses armes dans une marque généraliste pour travailler ensuite dans le prémium serait son rêve. Reçue major de promotion du BAC Pro vente non seulement de sa classe mais aussi pour l’Ile de France, elle souhaite continuer sa formation par un BTS pour entrer ensuite dans la vie active.

Contacts : Catherine RAJALU : 01 34 34 37 44 www.garac.com

Voilà à quoi ressemblera l’Aren’Park !

Voilà à quoi ressemblera l’Aren’Park !

Les pelleteuses s’activent pour préparer les travaux de Aren’park, pôle de commerces, loisirs, restauration, hôtellerie de plus de 30 000 m² développé par le Groupe Duval sur le thème sports, loisirs, bien-être, qui complètera le projet de l’Aren’ice. Il s’agit du maillon commercial du dispositif imaginé par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, associant hub sportif et éco-quartier d’habitation de 1 500 logements. 

Les travaux consistent depuis quelques semaines à nettoyer la parcelle, puis à la niveler en attendant de débuter les travaux de gros oeuvre qui devrait démarrer au mois de septembre et devrait durer 12 mois. L’ensemble est conçu en cohérence avec l’aménagement global de la ZAC des Linandes dite « Plaine Forme » et de ses infrastructures sportives, dont l’Aren’Ice dédiée aux sports de glace également développé par le Groupe Duval. Il se situe le long de l’A15, sur un vaste domaine arboré, dans le prolongement du Décathlon existant, en prise directe avec l’Aren’Ice. Ce programme est composé de 20 000 m² de commerces et restaurants dont une grande surface alimentaire de 3 500 m² (Leclerc), 14 moyennes surfaces et 6 boutiques, un parc d’activités de loisirs indoor Koezio d’environ 4 000 m², une aire de loisirs d’environ 4 000 m² (plaine de jeux pour enfants, fitness…), d’un 1 hôtel d’environ 2 000 m², d’un 1 parking central de 850 places voitures et de plus de 80 places vélos (1 parking central d’environ 700 places, 1 parking dédié au personnel d’environ 150 places, 1 parking privé dédié à l’hôtel de 40 places environ). Il sera relié par des chemins piétons aux principales installations sportives et à l’écoquartier.

https://www.youtube.com/watch?v=t10-Qau9pEo

Détection des drones : ADP et DSNA Services lancent Hologarde

Détection des drones : ADP et DSNA Services lancent Hologarde

Le Groupe ADP et DSNA Services ont lancé une solution unique de détection de drones à longue distance. Aéroports, centrales nucléaires, sites SEVESO, prisons… autant de lieux sensibles pour lesquels la sécurité et la sûreté doivent être optimales. En quelques années seulement, le trafic des drones a explosé, notamment au travers de l’utilisation des drones de loisir. e Groupe ADP et DSNA Services, filiale fondée par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), ont décidé, dans le cadre d’un partenariat, de mettre en commun leur expertise au travers du projet Hologarde qui vise à co-développer une solution de détection de drone adaptable à tous les sites sensibles.

En 2016, selon l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne (AESA), les drones ont occasionné plus de 1 400 incidents contre seulement 606 entre 2011 et 2015. « Dans le cadre de son programme Innovation Hub, le Groupe ADP était déjà à la pointe de l’utilisation et l’expérimentation de drones en milieu complexe comme celui des aéroports. Hologarde nous positionne à l’avant-garde de l’innovation mondiale en matière de dronautique, en combinant l’expertise métier du Groupe ADP et de l’aviation civile française avec l’agilité des start-ups partenaires, dans un secteur estimé à plusieurs milliards d’euros », souligne Edward Arkwright, Directeur Général exécutif du Groupe ADP.

Intégrant 3 technologies (radar, radiofréquence et vidéo HD) au sein d’un centre de commande unique, Hologarde, installé à titre expérimental sur l’aéroport Paris-Le Bourget durant le SIAE, permet de détecter tous les types de drones à plus de 5 kilomètres. L’avantage d’une distance de détection importante est d’anticiper et d’apporter une réaction proportionnée à la nature de l’intrusion. Une fois détecté, le drone est suivi en temps réel par caméra grâce à un centre de commande disponible sur PC ou tablettes mobiles.

« Hologarde est une solution de détection de drone intégrant des technologies innovantes dans un centre de commande unique adaptable à tous types d’utilisateurs. Notre vision est de permettre un monde plus sûr avec les drones » souligne Stéphane Durand, Directeur exécutif de DSNA Services. Cette première étape va permettre de valider la fiabilité de la solution Hologarde. Le Groupe ADP et DSNA Services étudient les modalités d’industrialisation de la solution Hologarde et souhaitent développer des moyens de contre-mesure compatibles avec l’environnement aéroportuaire. Dès le mois de juillet, l’expérimentation prendra une nouvelle dimension pour être testée sur le deuxième aéroport européen Paris-Charles de Gaulle pendant plusieurs mois.

www.hologarde.com

 

Bravilor : un nouveau siège à Cormeilles

Bravilor : un nouveau siège à Cormeilles

Bravilor Bonamat, entreprise familiale depuis plus de 65 ans, va lancer en novembre la construction de son futur siège social à Cormeilles-en-Parisis. Ce Groupe néerlandais, dont la filiale française est actuellement basée à Argenteuil, développe, produit et livre une large gamme de machines pour la préparation de boissons, notamment des spécialités à base de café et eau chaude. Le bâtiment, de bureaux et d’activité, développera à terme 2 063 m² et sa livraison est annoncée pour le printemps 2018.

Bravilor Bonamat a été créé en 1948 au Pays-Bas par M A.J.M. Verheijen qui a fait ses débuts en tant que grossiste fournissant des machines à café aux hôtels et hôpitaux. Onze ans après ses débuts, il commence à fabriquer des machines à café filtre. Grâce à ces machines professionnelles, Bravilor Bonamat est aujourd’hui le premier fournisseur du marché européen. Le petit-fils du fondateur et actuel PDG dirige actuellement l’entreprise.

Le siège est situé aux Pays-Bas, ainsi que l’usine, équipée de machines à la pointe de la technologie pour la soudure robotisée, la découpe au laser, le moulage, le formage et le meulage, hébergeant  tous les processus d’usinage métallurgique. L’entrepôt central est implanté à proximité de l’usine de fabrication pour garantir des délais de livraison très courts. Grâce à une vaste gamme de machines à café filtre, à boissons instantanées, de machines dites « fresh brew », et de multiples appareils complémentaires tels que les générateurs d’eau chaude, laitières, chocolatières, distributeurs d’eau réfrigérée…

Bravilor Bonamat fournit des secteurs comme l’hôtellerie, les collectivités et la restauration commerciale, pour les besoins du petit déjeuner et de la caféterie. Bravilor Bonamat fournit également, en plus des machines de la marque Bravilor Bonamat, des produits pour des tiers, en tant que fabricant d’équipement d’origine. La société emploie plus de 350 collaborateurs « spécialistes » avec des filiales en Europe, aux États-Unis et un réseau de distributeurs dans plus de 100 pays.

Un nouvel ensemble de bureaux à Bezons au pied du T2

Un nouvel ensemble de bureaux à Bezons au pied du T2

Atenor, promoteur immobilier belge, vient d’acquérir un terrain de 6 971 m2 à Bezons afin d’y développer 32 720 m2 de bureaux. Ce terrain est situé au pied du pont de Bezons, en bordure de Seine, et face à la station du tramway T2. « Ce projet emblématique requalifiera l’entrée de ville, indique un communiqué. Cet acte concrétise l’objectif de mixité de la ZAC alliant le renouvellement urbain et l’activité économique. »

Le projet sera le premier en France pour Atenor, promoteur qui a développé ces dernières années plusieurs projets d’envergure en Belgique mais aussi dans plusieurs pays européens. Atenor porte ainsi 15 projets totalisant 660 000 m2 de surfaces de plancher tant en immobilier d’entreprises que de logements.

Atenor a créé un bureau à Paris et une filiale pour suivre le projet de Bezons qui sera monté en partenariat avec la société HRO. Un nouveau permis de construire permettant d’optimiser le bâtiment, notamment en termes de performances environnementales sera déposé prochainement.

Semperit annonce la fermeture de son site argenteuillais

Semperit annonce la fermeture de son site argenteuillais

L’entreprise Semperit a annoncé la fermeture de son usine d’Argenteuil. Cette multinationale autrichienne qui emploie 7 000 personnes dans le monde, fabrique des tapis roulants en caoutchouc pour convoyer les produits extraits de l’industrie minière. Elle compte des sites en Pologne, en Chine, en Inde et en France, à Argenteuil. La fermeture de ce dernier site aurait pour conséquence le licenciement des 88 salariés.

Les salariés ont organisé sur le site plusieurs rassemblements de mobilisation pour montrer leur opposition à la liquidation de leur usine, et à cette perspective de suppression d’emplois. Spécialisée dans la fabrication de bandes transporteuses (tapis roulants pour les mines, charbon, cuivre, ciment, sable), Sempertrans France Belting Technology (SFBT), filiale du Groupe Semperit, a annoncé l’arrêt des activités de fabrication à Argenteuil, évoquant des difficultés économiques et le besoin de «rationaliser» son outil industriel pour faire face à la «concurrence accrue de ces dernières années».

Toute l’activité du site sera délocalisée en Pologne où le groupe possède une usine depuis les années 1990. Certains salariés reconnaissent que depuis une dizaine d’années, de nombreux départs n’ont pas été remplacés et certaines commandes sont parties pour l’Inde ou la Pologne. Le directeur général du groupe, Antoine Changeur, assure que des «solutions d’accompagnement adaptées pour tous les salariés concernés», et qu’une procédure pour trouver un repreneur pour le site va être engagée. Alors que le site de 3M à Beauchamp a annoncé sa fermeture, et que les inquiétudes grandissent du côté de Dassault-Aviation, c’est une mauvaise nouvelle de plus qui frappe l’économie locale.