L’emploi local favorisé autour de la ligne 17

L’emploi local favorisé autour de la ligne 17

La Société du Grand Paris et la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France signent une convention pour développer l’emploi local et l’insertion autour des chantiers de la ligne 17. 

Le 15 mai, à l’issue de la conférence de la ligne 17, Thierry Dallard, président de la Société du Grand Paris et Patrick Renaud, président de la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France ont signé une convention qui a pour but de favoriser l’emploi dans les territoires traversés par le Grand Paris Express.

Les travaux du Grand Paris Express sont générateurs de nombreux emplois, principalement dans les travaux publics. La signature de cette convention pour le développement de l’emploi vise à formaliser le partenariat entre la Société du Grand Paris et la Communauté d’agglomération pour que les recrutements liés à la réalisation de la ligne 17 puissent bénéficier aux habitants du territoire.

Sur l’ensemble des travaux de génie civil déjà engagés pour la réalisation des lignes 14, 15 Sud, 16 et 17, la Société du Grand Paris a en effet intégré des clauses de responsabilité sociale dans ses marchés.

Dans un premier temps, la communauté d’agglomération accompagnera les entreprises attributaires du lot 1 de la ligne 17 dans la mise en œuvre des clauses sociales, d’autres marchés sont à venir.
Elle coordonnera les acteurs locaux de l’emploi qui devront sensibiliser et mobiliser les publics sur les opportunités liées à ces chantiers, et mettre en place des actions de formation pour favoriser le recrutement au plus près des besoins des chantiers. La communauté d’agglomération valorisera également le tissu de TPE/PME locales, solidaires et classiques, pour favoriser leur accès à la sous- traitance.

La Société du Grand Paris soutiendra ces actions en versant une subvention annuelle de 60 000 euros à la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France.

Des retombées en emploi pour les franciliens 

Sur les marchés déjà notifiés des lignes 14 Sud, 15 Sud, 16 et 17, ce sont déjà plus de 2 millions d’heures d’insertion que les entreprises titulaires se sont engagées à réaliser.
A fin février 2019, sur l’ensemble des chantiers du Grand Paris Express, 911 personnes, dont 99 % de franciliens, ont été embauchées en insertion pour travailler sur les chantiers de génie civil (dont 690 sur la ligne 15 Sud, 76 sur la 14 Sud et 145 sur la ligne 16). 114 personnes ont pu bénéficier de dispositifs de formation afin de développer des compétences professionnelles adaptées aux chantiers.

Pour la Société du Grand Paris, il s’agit de la 11ème convention de partenariat signée à ce titre avec les territoires de la métropole et les communautés d’agglomération, déjà impactés par les chantiers du Grand Paris Express.

Les communes membres en 2019 sont : Arnouville, Bonneuil-en-France, Bouqueval, Chennevières-lès-Louvres, Claye-Souilly, Compans, Dammartin-en-Goële, Ecouen, Epiais-lès-Louvres, Fontenay-en-Parisis, Fosses, Garges- lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Gressy, Juilly, Le Mesnil Amelot, Le Mesnil Aubry, Le Plessis-Gassot, Le Thillay, Longperrier, Louvres, Marly-la-Ville, Mauregard, Mitry-Mory, Moussy-le-Neuf, Moussy-le-Vieux, Othis, Puiseux-en-France, Roissy-en-France, Rouvres, Saint-Mard, Saint-Witz, Sarcelles, Survilliers, Thieux, Vaud’Herland, Vémars, Villeneuve-sous-Dammartin, Villeparisis, Villeron, Villiers-le-Bel. 

SPIE recrute massivement

SPIE recrute massivement

SPIE, leader européen indépendant des services multi-techniques dans les domaines de l’énergie et des communications, a recruté près de 5400 collaborateurs en CDI en 2018, dont plus de 2 300 en France et près de 1 300 en Allemagne, pour un effectif global de 46 400 salariés. Le groupe poursuit son développement en 2019 et mise sur l’attraction de nouveaux talents. Sur les deux premiers mois de l’année, près de 1 000 salariés ont déjà rejoint SPIE.

Après une année marquée par une activité soutenue de recrutement, SPIE poursuit sa recherche de nouveaux collaborateurs qualifiés aux profils très variés, dans toutes ses filiales en Europe : électriciens, climaticiens, techniciens réseaux ou de maintenance, chefs de chantier, responsables d’affaires, contrôleurs de gestion, etc. La hausse des effectifs à périmètre constant sur l’année 2018 confirme la croissance des activités du Groupe, qui se positionne sur des marchés porteurs pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et numérique. Au cœur des réflexions sur les territoires et la société de demain, SPIE a pour ambition de développer des solutions à haute technicité et à forte valeur ajoutée afin d’améliorer durablement la performance de ses clients. Son réseau dense d’implantations en Europe lui permet de nouer avec eux des relations de proximité. SPIE intervient notamment pour l’aménagement des territoires, contribue à optimiser la performance énergétique des bâtiments et propose des services innovants pour la « smart city ». Autant d’activités qui ont une incidence directe sur la qualité de vie et le quotidien des citoyens.

Un groupe résilient qui tisse des relations durables

À l’image du lien durable que SPIE souhaite développer avec ses collaborateurs, 34% d’entre eux sont actionnaires du Groupe. Cet engagement prend également forme par la cooptation, mode de recrutement qui représente entre 15 et 22 % des effectifs recrutés selon les filiales. Les salariés sont ainsi considérés comme de véritables ambassadeurs de SPIE.

Les valeurs de SPIE, proximité, performance et responsabilité, se déclinent également dans l’accompagnement proposé par le Groupe à ses salariés en plaçant l’humain au centre de ses activités. Développement des compétences et opportunités de mobilité interne comme externe sont des moteurs de carrière forts au sein du Groupe. « SPIE fournit à la fois l’expérience et le soutien à toute personne enthousiaste et motivée par le développement de son propre potentiel » raconte Amir Aalabaf, ingénieur développement chez SPIE UK.

Une campagne de recrutement ambitieuse

SPIE a souhaité offrir un maximum de visibilité à sa campagne en apposant un sticker spécifique sur sa flotte de 8 000 véhicules de service en France. Pour tout renseignement, un numéro vert dédié au recrutement a été mis en place : 0 800 732 730. Cette campagne sera étendue dans les autres pays européens en 2019.

Le Groupe s’intéresse particulièrement aux jeunes recrues et souhaite également attirer plus de femmes. SPIE forme et accompagne ces jeunes pour en faire des salariés accomplis. Apprentissage, stage en pré-embauche, VIE (volontariat international en entreprise) etc., les formats sont multiples et constituent des tremplins vers une carrière plus longue au sein de SPIE. La volonté de féminiser les effectifs porte également peu à peu ses fruits, puisque les recrutements féminins correspondent aujourd’hui à environ 16% des embauches, contre 10% il y a 3 ans.

 

Le Groupe Lacroix recrute plus de 100 conducteurs et conductrices de bus et car en 2019

Le Groupe Lacroix recrute plus de 100 conducteurs et conductrices de bus et car en 2019

Pour accompagner la mobilité des Valdoisiens en 2019, le Groupe Lacroix acteur majeur du Transport de Voyageurs en Ile-de-France qui représente aujourd’hui près de 1300 collaborateurs, prévoit la création de plus de 100 postes de conducteurs et conductrices sur ce territoire.

Le secteur du transport de voyageurs, et plus généralement de la mobilité, a pris un essor considérable depuis quelques années. Pour accompagner son développement, le Groupe Lacroix recherche pour ses filiales situées dans le Val d’Oise plus de 100 conducteurs ou conductrices de bus ou de car pour ses activités de lignes régulières, lignes longue distance, transport scolaire et touristique.

Pour être conducteurs/trices au Groupe Lacroix, il faut bien sûr être titulaire du permis D, de la FIMO/FCO Voyageurs, de la carte conducteur et être véhiculé…. mais cela ne suffit pas. Il est aussi important de bien connaître et d’accepter les contraintes inhérentes à ce métier : prise de service en deux fois possible, travail le week-end, déplacements/découchers…

Outre ces conditions propres au métier, les futurs conducteurs/trices, une fois au volant de leur bus ou de leur car, occuperont un métier passionnant basé sur la relation humaine, le sens du service et les responsabilités. Un véritable rôle d’ambassadeur de l’entreprise comme en témoigne Angélique Delamarre, Responsable Ressources Humaines au Groupe Lacroix « Nos conductrices et conducteurs véhiculent l’image de nos entreprises sur le réseau routier. Ils doivent être un « modèle » à suivre. Pour cela, leur excellente présentation et hygiène de vie sont indispensables au même titre que le respect du code de la route ! Chacune de nos filiales sont des entreprises à taille humaine où le conducteur est au cœur de l’activité. Le management de proximité, l’écoute, l’attention portée à chacun favorisent un environnement de travail agréable ».

Pour dénicher les meilleurs talents, le Groupe Lacroix lance une campagne de recrutement baptisée « Nos métiers sont votre avenir » que vous retrouverez dans la presse, les sites de recherche d’emploi, les sites internet, les réseaux sociaux.

Par ailleurs, les équipes des Ressources Humaines seront présentes sur plusieurs salons de recrutement dans le Val d’Oise pour aller à la rencontre de leurs futurs talents.

Le prochain rendez-vous est donné le 7 février à Gonesse lors des « rencontres pour l’emploi et la formation 2019 ».

Vous ne possédez pas le permis D ni la FIMO voyageurs ? Si, vous êtes séduit par ce métier exigent et que vous ne disposez pas de la formation nécessaire, sachez que rien n’est perdu ! En effet, le Groupe recrute mais forme aussi lui-même ses conducteurs dans le cadre de contrats de professionnalisation.

Vous souhaitez postuler ?
Adressez votre CV et lettre de motivation par mail à rh@groupe-lacroix.fr ou par courrier à GROUPE LACROIX
Direction des Ressources Humaines
53-55 Chaussée Jules César
95250 BEAUCHAMP.

Cergy veut expérimenter le dispositif « Territoires Zéro Chômeur de longue durée »

Cergy veut expérimenter le dispositif « Territoires Zéro Chômeur de longue durée »

Cergy met en place un dispositif innovant en matière d’emploi. Une réunion publique présentera ce dispositif baptisé « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée »le jeudi 20 décembre à 16h à l’hôtel de ville.

Actuellement expérimenté sur dix territoires à l’échelle nationale, ce dispositif, placé sous les feux de l’actualité ces derniers mois, propose en direction des demandeurs d’emploi de longue durée, une approche expérimentale et innovante en matière d’emploi et d’insertion.

Il repose sur un principe de redéploiement des sommes investies dans l’indemnisation chômage de ce public à des fins de création de poste en CDI à temps plein.

Devant de premiers résultats très encourageants et dans la perspective d’une extension prochaine  du dispositif à d’autres territoires, la ville souhaite, avec le concours des partenaires locaux de l’emploi et de l’insertion, lancer ce dispositif sur ses territoires « Quartier Politique de la Ville » (Axe-Majeur-Horloge, Sébille).

Rendez-vous en salle Simone Veil – 3, place Olympe-de-Gouges – Participation à confirmer au 01 34 33 43 47 ou par mail à birane.wane@cergy.fr 

Le bus de l’emploi passe par Cergy le 12 décembre

Le bus de l’emploi passe par Cergy le 12 décembre

GE LOG et Planett animeront le 12 décembre 2018 une campagne de recrutement à Cergy dans le Bus de l’Emploi Jobstation. De nombreuses missions en intérim et des postes en CDD et CDI sont à pourvoir en logistique, industrie, transport, BTP, tertiaire… Les candidats doivent se présenter avec leur CV à jour. 

Le Bus de l’Emploi sillonne les routes de France et de Belgique toute l’année, pour aller à la rencontre des demandeurs d’emploi et leur proposer des postes à proximité de leur territoire ! Ces jobdating offrent une expérience unique aux candidats et multiplient la visibilité de leur CV grâce au réseau Jobstation et aux partenariats mis en place avec les acteurs locaux de l’emploi.

Jobstation propose d’aborder la recherche d’emploi différemment : les conseillers proposent un accompagnement individualisé, autour d’un café, dans des espaces de travail et d’échanges propices aux entretiens. Les échangent s’opèrent dans un cadre détendu, animé par de nombreux événements : ateliers, coworking, rencontres…

Mercredi 12 décembre de 10h à 17h à Cergy – Gare de Cergy St Christophe 95800 Cergy – Accueil non-stop sans rendez-vous ! Les candidats doivent se présenter avec un CV à jour.

cv@jobstation.fr  – www.d2lgroup.com – www.jobstation.work

STIVO, la RSE au coeur de la politique RH

STIVO, la RSE au coeur de la politique RH

STIVO, la RSE au coeur de la politique RH

Marie-Christine Marquez est responsable des ressources humaines de la société STIVO, qui assure la desserte des bus de  l’agglomération de Cergy-Pontoise. La STIVO, installée depuis 5 ans sur son nouveau site de Saint-Ouen l’Aumône, met en œuvre de nombreuses actions RSE visant à améliorer les conditions de travail de ses salariés, à renforcer son action et ses liens au niveau local ainsi que son bilan environnemental. L’entreprise offre un cadre de vie privilégié à ses collaborateurs, fait preuve d’un engagement territorial fort et a signé la charte avec la CACP. Cette politique lui permet d’attirer et de développer les talents, mais aussi de fidéliser les salariés. Marie-Christine Marquez nous décline l’ensemble de ces initiatives, autant de bonnes pratiques à retenir et pourquoi pas à dupliquer !

Pouvez-vous nous présenter la STIVO ?

La STIVO compte 400 collaborateurs dont 80% de conducteurs, mais aussi des agents en charge du contrôle des titres, du personnel d’atelier et du personnel administratif et d’encadrement. Nous enregistrons un très faible turn-over parmi nos équipes. Le groupe est soucieux du bien-être de ses salariés et de leur qualité de vie au travail. Suite à notre arrivée sur ce site, nous avons gagné en confort, avec des locaux beaucoup plus conviviaux et agréables, un bel atelier, une salle de repos et de nombreux aménagements.

Comment faites-vous pour rendre vos collaborateurs « heureux » ?

Des actions sont menées à plusieurs niveaux. Certaines initiatives sont initiées ponctuellement : par exemple, afin de sensibiliser les salariés à adopter une meilleure hygiène de vie, une nutritionniste  leur a apporté de précieux conseils en termes d’équilibre alimentaire à respecter compte tenu des horaires de travail. Autre exemple ; la STIVO veille à prévenir les addictions (drogue, alcool) compte tenu de sa mission. Le dispositif mis en place a été instauré avec l’accord des partenaires sociaux dans un soucis de prévention plus que de coercition.

D’autres actions sont plus récurrentes comme l’Association Sportive (marathon, vélo ou foot interentreprises) ouverte à tous les collaborateurs ou encore la formation aux gestes et postures propres à chaque métier. Enfin, il ne faut pas oublier que nos process qualité qui nous ont permis d’être certifiés pendant 10 ans NF SERVICE permettent à chacun de travailler dans la sérénité (chacun sait ce qui doit être fait).  La montée en compétences fait partie intégrante de notre politique managériale tout comme le dialogue en interne. Les équipes de direction sont à l’écoute des salariés. Nous avons effectué une enquête du climat sociale, outil qui permet d’évaluer la satisfaction et la motivation des salariés.

Comme agissez-vous sur le volet environnemental ?

Ces questions sont au coeur de nos préoccupations (certifié ISO14001 depuis février 2018) avec de façon classique la mise en place du tri sélectif, de formations à l’éco-conduite, ou encore,  plus symbolique et amusant, l’installation de 15 ruches sur notre site qui fournissent chaque saison une récolte de miel. Mais notre cœur de métier étant la route, ce sont près d’un quart des bus qui sont aujourd’hui à motorisation hybride. La STIVO s’est engagée dans une démarche de mobilité durable dans le cadre d’un plan de déplacement inter-entreprises (PDIE), qui vise à rationnaliser les trajets des salariés.

 Vous êtes impliqués sur le territoire dans des actions liées à l’emploi, quelles sont-elles ?

Au sein du club FACE 95 (fondation Agir contre l’exclusion), nous menons différentes missions, entre autres, le parrainage de seniors en recherche d’emploi. L’idée est de mettre ces personnes en conditions d’entretien réelles, de revoir leur manière de se présenter et quelles sont les évolutions du métier qu’ils doivent intégrer. Nous travaillons à mettre en avant leurs points forts et à valoriser leur expérience auprès d’un futur recruteur. La STIVO intervient également lors du Forum de l’emploi de Cergy pour des simulations d’entretien. Enfin, STIVO a été signataire de la Charte des quartiers en faveur du développement économique, social et culturel dans les quartiers prioritaires. Nous avons été sollicités, à plusieurs reprises, par l’association du côté des Femmes à Cergy pour le forum emploi et une présentation des métiers.

De quelle manière, la STIVO  s’investit dans le domaine social ?

Chaque année le Bus de Noël collecte des jouets en bon état que nous transmettons ensuite aux Resto du Cœur pour les offrir à des familles en difficulté. Pour certaines prestations, nous faisons appel à des ESAT (établissements et services d’aide par le travail). La STIVO a noué divers partenariats avec des écoles, comme le lycée d’Epluches dans le cadre de leur Bac Pro véhicules. Des échanges ont lieu (accueil de stagiaire, rencontre avec nos experts, etc..) , et l’Ecole de la deuxième chance (E2C). Des actions de sécurité routière et de citoyenneté à destination des enfants et des écoles sont régulièrement organisées (entre 500 à 800 écoliers sont accueillis par an dans l’entreprise). Quant aux habitants, nos bus des métiers, qui circulent à certaines périodes dans l’agglomération pour permettre à nos collaborateurs  de venir directement à leur  rencontre. Quant aux habitants, les agents de la Stivo viennent à leur rencontre plusieurs fois dans l’année pour promouvoir les métiers du transport, échanger et récolter en direct leur candidature à bord du bus Métiers.

Qu’en est-il de votre politique de recrutement ?

La STIVO offre de vraies opportunités à des personnes sans réelle qualification. Nous recherchons avant tout un profil, un état d’esprit avant un diplôme. Comme nous sommes très sensibles à la réinsertion professionnelle, nous proposons, dans un premier temps, à nos futurs salariés un contrat de professionnalisation pour ensuite évoquer une intégration. Pour le métier de conducteur, ils sont formés au permis D avant d’être embauchés en CDI. Je profite de cet échange pour préciser que nous cherchons actuellement une vingtaine de conducteurs ainsi que des aides vérificateurs avec une préférence pour les profils locaux.

Pour aller plus loin : 

La marque employeur : communiquer sur ses valeurs ajoutées RH