Cosmeticar, le lavage auto sans eau arrive à Roissy

Cosmeticar, le lavage auto sans eau arrive à Roissy

Leader dans le lavage auto éco-responsable sans eau, CosmétiCar s’implante dans le Val d’Oise. Florin STETCO, dirigeant de l’agence de Roissy, a choisi de se lancer dans cette aventure après avoir découvert l’entrepreneuriat en franchise dans le secteur de l’automobile, séduit par cette enseigne qui prend en compte une dimension essentielle pour lui : l’écologie.

La franchise de lavage auto CosmétiCar est né en 2003. Fondé par Florian BENOIT, elle repose sur une méthode permettant d’allier écologie (250 litres d’eau économisés par rapport à un lavage auto classique), praticité et performance. Aujourd’hui, le réseau compte 100 agences en France ainsi qu’une présence à l’international (Suisse et Espagne). CosmétiCar est leader en matière de nettoyage de voiture professionnel. Tous les experts CosmétiCar sont équipés d’un matériel adapté qui respecte les normes environnementales et proposent un service complet de nettoyage auto écologique pour le lavage extérieur (carrosserie, vitres, portes, jantes…), le nettoyage intérieur (vitres, habitacle, coffre, dépoussiérage…), le déstickage publicitaire, la rénovation des sièges auto, la rénovation des optiques de phares…

« J’ai longtemps été chauffeur routier, explique Florin STETCO, j’ai traversé à peu près toute l’Europe. Ces quatre dernières années, j’étais spécialisé dans le transport de véhicules de luxe notamment entre différents pays européens. C’est un travail passionnant quand on aime conduire mais très prenant, passer des heures sur la route loin de sa famille, cela force à faire des sacrifices. Ce rythme devenait trop compliqué à gérer pour moi. Après une longue réflexion, j’ai alors eu l’idée de me lancer à mon compte et je me suis orienté vers CosmétiCar. Sur mon secteur il y a beaucoup de lavage auto dits classiques, les car wash à rouleaux. Les gens n’ont pas toujours le temps de se déplacer jusqu’aux stations de lavage auto mais ils souhaitent tout de même entretenir leur véhicule. Mon objectif est de cibler aussi bien les particuliers, les concessions et les entreprises, étant situé dans une des plus grosses zones d’activités de France. Je peux apporter un service écologique auquel les gens sont de plus en plus sensibles mais aussi pratique avec le déplacement à domicile ou au travail. »

Contact : Florin STETCO – roissy@cosmeticar.fr – 06 51 03 55 70

Sartorius : le site cergyssois va bénéficier d’un vaste plan d’investissement

Sartorius : le site cergyssois va bénéficier d’un vaste plan d’investissement

Sartorius a officialisé un vaste programme d’investissement d’ici à 2025 en France. D’un montant de 100 millions d’euros, ce projet vise à accroître ses capacités de production, d’innovation et de stockage au sein de ses sites d’Aubagne, Cergy, Dourdan et Lourdes afin de répondre à la forte demande de l’industrie biopharmaceutique. L’entreprise créera jusqu’à 400 emplois en CDI entre 2021 et 2025 sur ses 4 sites en France. Le projet bénéficie de 18 millions d’euros d’aide dans le cadre du plan France relance.

Le groupe allemand est spécialiste de la conception et de la production de solutions ajustables et flexibles pour l’industrie biopharmaceutique (gestion de fluides, fermentation, filtration, purification, balances, analyses microbiologiques). A fin décembre 2020, Sartorius en France comptait près de 1 100 collaborateurs en CDI répartis sur 4 sites : Aubagne, Cergy, Dourdan et Lourdes. Avec un investissement total de 100 millions d’euros entre 2021 et 2025, ce groupe international prévoit des projets d’expansion et de modernisation de ses sites de production à Aubagne, Cergy et Lourdes dont la création de 4 000 m² de salles blanches additionnelles aux 5 000 m² existants ; le déploiement de nouveaux laboratoires de R&D de près de 2 000 m² pour renforcer ses capacités d’innovation ; la modernisation des plateformes logistiques et la construction de plus de 10 000 m² d’entrepôts de stockage ; mais aussi la digitalisation et l’automatisation des équipements pour augmenter ses capacités et sa compétitivité.

Avec ce plan de développement, Sartorius répond à un besoin stratégique : pouvoir produire sur le sol français les produits et dispositifs médicaux stratégiques en cas de crise, mais aussi investir pour l’avenir et être à la pointe des biothérapies de demain. Ces engagements permettront à l’entreprise de gagner en performance pour être encore innovante et ainsi répondre à la forte demande du marché. C’est dans ce contexte que Sartorius affiche son ambition : accélérer et développer significativement les capacités de ses sites en France.

“Nous accompagnons nos clients du secteur biopharmaceutique dans une nouvelle phase caractérisée par un rythme d’innovation élevé, des investissements substantiels dans leurs opérations et de leurs exigences croissantes envers nous. Nous soutenons leurs efforts en augmentant de manière significative nos capacités et en améliorant les délais de livraison. Les investissements dans nos installations françaises renforceront nos capacités industrielles dans l’hexagone et assureront ainsi l’avenir à long terme de nos activités.”
Luc Burgard, Directeur Général de Sartorius Stedim FMT et Responsable des Opérations de la division Bioprocess Solutions de Sartorius.

Pour soutenir ses projets de développement, l’entreprise créera jusqu’à 400 emplois en CDI sur ses 4 sites français entre 2021 et 2025. La croissance du groupe nécessite d’attirer de nouveaux talents dans les domaines des opérations (responsables de production, conducteurs de ligne, techniciens de maintenance, responsables amélioration continue, etc.), du développement produits (ingénieurs, analystes de données, etc.), du marketing. Enfin, Sartorius accompagnera ses équipes dans le développement de ses compétences, notamment dans les phases d’automatisation et de digitalisation des équipements sur lesquels elles seront amenées à travailler.

En 2022, Spie lance une vaste campagne pour recruter 3000 talents

En 2022, Spie lance une vaste campagne pour recruter 3000 talents

“Venez chez nous si ça vous branche !” : avec 2 200 recrutements en 2021 et tout autant prévus en 2022, SPIE France, filiale du groupe SPIE, leader européen des services multi-techniques dans les domaines de l’énergie et des communications, lance sa nouvelle marque employeur : “Venez chez nous si ça vous branche d’agir pour la transition énergétique et pour la transformation numérique”.  Inspirée et créée avec le concours de plus de 3000 collaborateurs, cette campagne a été conçue à travers un processus 100% collaboratif et une mobilisation interne forte qui illustre l’engagement et la fierté d’appartenance des collaborateurs.  

La campagne révèle l’ambition de SPIE France, bâtir un monde toujours plus smart et responsable grâce au savoir-faire reconnu d’une communauté de passionnés qui aiment se réinventer et transmettre, d’audacieux qui entreprennent chaque jour, et de professionnels qui se révèlent dans la diversité de leurs missions et de leurs métiers. Toutes les filiales de SPIE France y ont participé et ont permis de créer une campagne tout à la fois, ambitieuse, attractive et représentative des valeurs de SPIE.

Acteur majeur de la transition énergétique et de la transformation numérique, chacune des filiales de SPIE France propose, partout en France, des carrières qui ont le vent en poupe et qui contribuent très concrètement à la lutte contre le changement climatique et au déploiement de nouveaux usages par le numérique : ingénieure-e efficacité énergétique, électricien-ne, ingénieur-e d’affaires, ingénieur-e télécoms, ingénieur-e réseaux, monteur réseaux, conducteur de travaux, ingénieur-e & technicien-e cyberSécurité, technicien-ne datacenters…

Avec un très large panel de métiers techniques et scientifiques accessibles à tous niveaux de diplôme, les filiales de SPIE France réunissent des femmes et des hommes mus par la même énergie : préparer l’avenir énergétique, créer de la valeur partagée par le numérique, et accélérer les démarches écoresponsables au service de la qualité de vie des clients et des collaborateurs. “Avec cette campagne, nous voulons mieux faire connaître nos métiers et notre entreprise. Auprès des jeunes notamment, mais aussi auprès des femmes qui ont toute leur place chez SPIE, alors que beaucoup pensent encore trop souvent que nos métiers sont réservés aux hommes”, commente Olivier Domergue, directeur général de SPIE France. Résolument portée par un discours de preuves, elle sera alimentée par des éléments factuels et des témoignages concrets qui viendront illustrer de quelle manière le groupe agit pour la transition énergétique et la transformation numérique, comment s’expriment et se vivent les trois piliers, et en quoi rejoindre SPIE c’est prendre part à la lutte contre le changement climatique et agir pour un numérique durable et responsable.

“En 2022, nos filiales recruteront plus de 2 500 collaborateurs dont plus de 500 alternants. Nous recrutons avant tout des talents qui veulent s’engager, qui ont envie de partager nos passions, des audacieux qui, comme nous, aiment entreprendre et souhaitent explorer la grande diversité des métiers et des secteurs dans lesquels SPIE intervient”, précise Olga Martin-Jarousse, Directrice des ressources humaines de SPIE France. “Nous portons une attention particulière à l’alternance car la transmission fait partie de notre ADN et recrutons plusieurs centaines d’alternants chaque année. Permettre aux jeunes de devenir à leur tour des ambassadeurs des métiers techniques est pour nous une grande fierté.”

Rendez-vous sur les réseaux pour découvrir #lapreuveparspie.

 

Une quinzaine d’emplois à pourvoir chez Ramsay Santé à Cergy

Une quinzaine d’emplois à pourvoir chez Ramsay Santé à Cergy

Ramsay Santé regroupe depuis moins d’un an, dans son nouvel immeuble à Cergy, les activités de comptabilité et d’administration du personnel, de son siège et de ses établissements. Le groupe recrute actuellement une quinzaine de personnes (gestionnaire de paie, gestionnaire formation, comptabilité…).

Avec 36 000 collaborateurs, Ramsey Santé est l’un des leaders européens de la prise en charge globale du patient et un recruteur majeur de la santé en France. Les services administratifs sont installés à Cergy depuis janvier 2018. La nouvelle plateforme du numéro un de l’hospitalisation privée en France, dédiée aux RH et à la comptabilité, est opérationnelle depuis juin 2020. Près de 250 recrutements ont déjà été réalisés et les embauches se poursuivent (gestionnaire de paie, gestionnaires de formation, comptable général, comptable fournisseur, comptable client).

Le bâtiment flambant neuf de 6 000 m² offre des conditions de travail optimale et compte 9 niveaux, avec une façade originale et cinétique, habillée de lames métalliques. Les espaces de travail sont pensés pour être flexibles et évolutifs.

Envoi des candidatures : s.moreau@ramsaygds.fr et c.nicole@ramseygds.fr

https://ramsaygds.fr/nos-offres-demploi

ADP : un millier de salariés sur le départ

ADP : un millier de salariés sur le départ

Le Groupe ADP annonce la signature d’un accord de rupture conventionnelle collective à l’unanimité des organisations syndicales représentatives. Le Groupe ADP, à l’instar de toutes les entreprises du secteur aérien, est frappé de plein fouet par  les conséquences de la crise du Covid-19. Dans ce contexte, le Groupe ADP doit s’adapter pour passer d’un modèle d’accompagnement de la croissance à un modèle de gestion d’une situation dans laquelle les activités et les investissements seront réduits.

Pour y parvenir, un ensemble de trois accords indissociables – rupture conventionnelle collective, accord de performance collective et activité partielle de longue durée – avait été proposé à la négociation des organisations syndicales représentatives d’ADP SA le 31 août. La direction a pris acte, le 5 novembre dernier, de la non-signature par la majorité des organisations syndicales des accords proposés.

Pour autant, afin de donner une nouvelle chance au dialogue social, et d’éviter toute suppression d’emploi contrainte au sein d’ADP SA, la direction a souhaité proposer un nouveau projet d’accord de rupture conventionnelle collective qui a été soumis au cours des deux dernières semaines à la négociation avec les organisations syndicales représentatives.

Le Groupe ADP salue aujourd’hui la qualité du dialogue social et l’esprit collectif de responsabilité qui a permis de recueillir les signatures à l’unanimité des organisations syndicales représentatives. L’accord, qui doit désormais être validé par la Direccte, fixe à 1150 le nombre maximum de départs volontaires dont 700 ne seront pas remplacés. Dans ce cadre, la direction s’engage à ce qu’aucun départ contraint pour motif économique n’ait lieu jusqu’au 1er janvier 2022. Cet accord s’inscrit dans l’objectif poursuivi dès le début des négociations sociales : sauvegarder durablement l’entreprise et préserver ses compétences tout en évitant des départs contraints.

 

Les 10 règles pour optimiser votre plan de développement des compétences

Les 10 règles de bonne conduite pour optimiser votre plan de développement des compétences

Le Plan de Formation est devenu le Plan de Développement des compétences le 1er janvier 2019, date de mise en application de la dernière réforme de la formation dite loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ».

Au-delà du changement de nom, votre plan de développement des Compétences est amené à devenir un outil à part entière de votre Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences, quelle que soit la taille de votre entreprise.

Comment optimiser votre Plan de Développement des Compétences ?

Règle n°1 : connaitre les besoins

Lors des entretiens annuels d’activité (1 fois / an) ou des entretiens professionnels (tous les 2 ans), recueillez les vœux et/ou les besoins de formation de vos salariés.

Règle n°2 : mesurer les écarts

Rapprochez les besoins en compétences de l’entreprise dans ses projets présents et futurs des compétences disponibles.

Règle n°3 : choisir la meilleure façon de combler les écarts

En rapprochant la ressource interne de vos projets, vous pourrez choisir de former vos collaborateurs ou envisager le recrutement externe, l’alternance, ou la mobilité interne.

Règle n°4 : planifier sur 3 ans

Pour optimiser : anticiper !

Règle n°5 : programmer 1 an avant

Organisez votre programme de formation en mars de l’année qui précède.

Règle n°6 : prioriser les formations « gratuites » des catalogues de votre branche ou de votre OPCO

Selon que vous dépendez d’un OPCO et/ou d’une branche/convention collective nationale, vous pouvez solliciter les formations dites « de catalogue » qui vous sont proposées sans ou avec une très faible participation financière.

Règle n°7 : mobiliser les fonds mutualisés

Les formations sont finançables par votre participation à la mutualisation des fonds de formation : cette participation à la mutualisation est de 0,55 % de la masse salariale brute pour les entreprises de moins de 10 salariés et de 1 % à partir de 11 salariés.

Règle n°8 : penser aux actions collectives territoriales

Dans certains métiers en tension, les OPCO et les branches organisent des formations avec des partenaires locaux et des financeurs publics pour adapter la qualification des demandeurs d’emploi aux besoins des entreprises. Une autre façon de former et de recruter.

Règle n°9 : savoir acheter les formations

N’hésitez pas à mettre en concurrence les organismes de formation, à privilégier les formations en intra, à choisir un organisme référencé sur DATADOCK,…

Règle n°10 : trouver les bonnes personnes pour vous accompagner

Rapprochez-vous du conseiller de l’OPCO ou de la branche de rattachement pour connaitre les offres de services, les modalités de montage et de financement et faire les choix les plus pertinents au regard de vos besoins.

 

Pour aller plus loin :

https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/entreprise-et-formation/article/plan-de-developpement-des-competences

– Contacter votre OPCO ou votre branche professionnelle

– Vous rapprocher de la Plateforme d’Appui RH : www.plateformed’appuirh.com

 

Témoignage :

OPCO : de vrais partenaires « formation »