Toussaint : quels sont les loisirs qui restent ouverts durant ces vacances ?

Toussaint : quels sont les loisirs qui restent ouverts durant ces vacances ?

Difficile d’y voir clair avec les nouveaux protocoles mis en place depuis ce week-end… Quels sont les établissements ouverts et ceux qui seront fermés alors que débutent les vacances de la Toussaint ? un casse-tête pour toutes les salles de loisirs et leurs gérants. Zoom sur quelques adresses du Val d’Oise, ce qui sera autorisé et ce qui ne le sera pas.

Que dit la préfecture : « Les activités physiques et sportives sont interdites dans les salles couvertes des établissements recevant du public (gymnases, clubs de fitness, salles à usages multiples, salles de sport et piscines couvertes), quelle que soit l’activité pratiquée. L’accueil des mineurs y est possible, que le cadre soit scolaire, associatif ou privé, tout comme celui des sportifs professionnels ou de haut niveau, des activités sportives participant à la formation universitaire, ainsi que des personnes munies d’une prescription médicale ou présentant un handicap. »

Dans les faits, des lieux de loisirs, considérés comme salles de sport, vont devoir fermer leurs portes aux personnes majeures. C’est le cas de Koezio, qui reste ouvert avec un accès aux expériences uniquement réservé aux mineurs, jusqu’au 16 novembre. Les ados pourront tester seuls, sans leurs parents, le nouvel escape game en réalité virtuelle (le monde de Prince of Persia), mais les accompagnants adultes seront priés d’attendre dans le hall. « Cela s’applique pendant les vacances de la Toussaint, précise Romain Berland, directeur du site. Quand les scolaires auront repris le chemin de l’école, le site restera probablement fermé en semaine et ouvert uniquement le week-end, puisque les entreprises ne seront plus autorisées à fréquenter le lieu. » www.koezio.fr

Même combat chez Jump Park à Beauchamp. « L’activité sera réservée aux mineurs, avec une fermeture des portes à 20h30, alors qu’habituellement, nous sommes ouverts jusqu’à 22h,indique-t-on chez Jump Park. Il sera toujours possible, pour les moins de 18 ans, de tester la nouvelle attraction, baptisé le Vex, l’expérience ultime de la VR en groupe ou solo. Des sessions d’aventures virtuelles permettent d’affronter des zombies, de résoudre des énigmes ou de voyager sur la lune au cours de parties de 15 ou de 30 minutes. Les participants, équipés d’un ordinateur dans le dos et d’un gilet vibrant, se déplacent sur une plateforme à vérins, avec du vent, pour une expérience complète et des émotions garanties. https://www.urbanjumpbeauchamp.com

Chez GO Park, les décisions prises suivent la même direction. Les activités intérieures (paintball, foot, Foot bulles…) sont fermées aux adultes mais restent ouvertes aux mineurs. En revanche, les activités extérieures sont accessibles à tous. « Les directives sont floues et il est très compliqué d’obtenir des précisions de la préfecture, souligne Christophe Tailliandier. Qui plus est, nous avons eu très peu de temps pour nous organiser dès la parution du décret. Comment fait-on quand on a des réservations et qu’il faut chambouler une organisation complète le midi pour le soir ? Le téléphone n’a pas cessé de sonner ce week-end, car les gens s’interrogeaient. En revanche, ce début de semaine est beaucoup plus calme. Nous sommes évidemment inquiets pour l’avenir. GO Park existe depuis 20 ans, nous avons une assise solide, mais nous employons une trentaine de salariés, ce qui n’est pas rien. Il serait extrêmement compliqué de supporter un nouveau coup d’arrêt. Aujourd’hui, l’activité continue, bien que nous allons accuser un manque à gagner évident, puisqu’une partie des activités va être amputée. Néanmoins, cela ne nous arrête pas dans notre projets puisque de gros travaux sont prévus l’année prochaine, avec de nouvelles activités et une grosse réorganisation du site. » https://www.gopark.fr/fr/

Par ailleurs, précisons que le décret procède à une série de fermeture d’établissements recevant du public. Parmi ceux-ci les bars, les établissements flottants, les bars à chicha, les salles de jeux, les salles de danses, les foires et salons, les salles des fêtes et les salles polyvalentes. Les bowlings ne devraient donc théoriquement pas restés ouverts.

A noter que les piscines par exemple se réorganisent pour proposer plus de stages aux enfants de 6 à 10 ans pendant les vacances scolaires, dispensés par les maîtres-nageurs sauveteurs. De nouvelles sessions sont organisées pour les débutants, comme c’est le cas au sein des piscines de Val Parisis, elles aussi fermées au public pour 4 semaines minimum sauf, notamment, pour les activités encadrées recevant des mineurs (scolaires, centres de loisirs, clubs, associations et activités en régie) :  https://www.valparisis.fr/even…/apprentissage-de-la-natation

 

 

 

 

 

 

Place aux jeunes et à l’alternance dans CONTACT ENTREPRISES !

Place aux jeunes et à l’alternance dans CONTACT ENTREPRISES !

En ce mois d’octobre, dans la grisaille automnale, l’incertitude gagne du terrain. Les dernières annonces présidentielles raisonnent comme un coup de massue pour de nombreux secteurs directement impactés. Elles auront des répercussions en cascade sur des pans entiers de notre économie, et sur la durée. L’inquiétude se porte aussi sur les générations futures et l’avenir qui les attend. Comme un pied de nez à cette maladie qui nous ronge, place à la vie, incarnée par la jeunesse, place aux projets, à l’enthousiasme ! Le dossier met en avant les entreprises qui offrent à cette « génération COVID » une opportunité réelle de s’insérer professionnellement et d’entrevoir un avenir plus réjouissant. En témoigne notre dossier sur les jeunes, l’apprentissage et l’emploi. A lire également le portrait de notre entreprise du mois, Midrange, dirigée par Philippe Bonne, qui oeuvre pour la transformation digitale de ses clients, ainsi qu’un entretien avec Stéphanie Von Euw, maire de Pontoise, qui incarne une nouvelle génération d’élus. Zoom enfin sur Jean-Paul Jeandon qui reprend la présidence de la CACP, et Gilles le Cam, qui l’accompagnent au développement économique.

https://www.contact-entreprises.net/wp-content/uploads/2020/10/Contact166web.pdf?fbclid=IwAR0zk4H-arH6SyJ_7haqpqrtU0yNouta3BYHhxjtbLXIMg4Ju6x93HITkxg

Bonne lecture et bon courage à tous

Un fonds d’aide exceptionnelle aux agriculteurs voté par le département

Un fonds d’aide exceptionnelle aux agriculteurs voté par le département

Les élus du Département ce vendredi ont voté la création d’un fonds d’aide exceptionnelle aux agriculteurs en difficulté à hauteur de 95 000 €. Les élus ont également décidé l’attribution de plus de 100 000 € à six organismes agricoles et quatre exploitations arboricoles valdoisiennes.

« Les centres équestres et les agriculteurs spécialisés (maraichers, horticulteurs, pépiniéristes…) ont été fortement pénalisés pendant le confinement de la crise Covid-19. Le Département est à leurs côtés pour affronter cette crise économique et sociale, comme il l’est auprès des acteurs culturels, du tourisme et des entreprises. Ces acteurs du monde agricole font partie de l’identité de notre territoire et agissent pour le bien et le bon local pour les Valdoisiens. 95 000 € seront abondés par le Département dans ce fonds d’aide exceptionnelle pour quinze structures identifiées par le Chambre d’agriculture d’Ile-de-France » souligne Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise.

Ce fonds de 95 000 € est ouvert aux agriculteurs spécialisés et les centres équestres du département identifiés par la Chambre d’agriculture de la région. Une commission des aides agricoles constituée d’élus et de partenaires examinera chaque dossier individuellement et s’assurera que tous les autres dispositifs d’urgence existants ont été mobilisés pour cet acteur en difficulté.

Dans le cadre de sa politique en faveur du développement durable et du monde agricole, les élus du Département ont également décidé d’accorder plus de 80 000 € à six organismes agricoles* : à la Chambre d’Agriculture de la Région Ile-de-France, au Syndicat Jeunes Agriculteurs Ile-de-France Ouest, à l’Association régionale des Points Accueil Installation Ile-de-France, à l’Association Terre de Liens Ile-de-France, au Centre d’Ecodéveloppement de Villarceaux et à la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles. Le Département apporte une contribution au fonds européen agricole pour le développement rural (FEDER) de la Région à hauteur de plus de 19 000 € pour des investissements dans des projets agricoles durables dans le Val d’Oise.

8000 pommiers et poiriers plantés

Le Val d’Oise, premier département arboricole de la région Ile-de-France, avec une superficie d’environ 400 hectares de vergers sur les 823 hectares que comptent la région souhaite maintenir son soutien à l’arboriculture afin d’éviter les friches agricoles et préserver la biodiversité et les paysages spécifiques. Les élus ont décidé d’allouer plus de 20 000 euros à quatre exploitations agricoles pour la plantation de près de 8000 arbres fruitiers (pommiers et poiriers) et l’achat de matériel de replantation :

-5 260,86 € à EARL des Vergers de Jagny à Villaines-sous-Bois pour la plantation de 1540 pommiers et l’achat de matériel de replantation ;

-4 118,36 € à EARL COLLAS P.et Fils à Hérouville pour la plantation de 420 pommiers et de 1050 poiriers et l’achat de matériel de replantation ;

-7 677,94 € à SCEA Terre de Saveurs à Boissy l’Aillerie pour la plantation de 2295 pommiers, 150 poiriers et l’achat de matériel de replantation ;

-4 300 € à EARL Vergers d’Attainville pour la plantation de 2200 pommiers et l’achat de matériel de replantation.

* Liste des six organismes agricoles subventionnés :

4 200 € au Syndicat Jeunes Agriculteurs Ile-de-France Ouest pour lutter contre les dépôts sauvages et pour l’organisation d’un événement « les Jeunes Agriculteurs ouvrent leurs fermes », qui est une journée à destination du grand public ;

3 000 € à l’Association régionale des Points Accueil Installation Ile-de-France qui a pour mission d’informer tous les porteurs de projets agricoles sur leur installation les aides ou encore les démarches administratives ;

3 200 € à l’Association Terre de Liens Ile-de-France pour accompagner les collectivités dans la mise en œuvre de leurs projets agricoles ;

4 000 € au Centre d’Ecodéveloppement de Villarceaux pour la mise en œuvre d’une Obligation Réelle Environnementale visant à pérenniser les pratiques agricoles vertueuses, pour l’émergence d’une filière locale de bois et pour l’accompagnement des élus pour la transition énergétique du Vexin ;

4 000 € à la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles pour un projet apicole visant à favoriser une production locale ;

62 735 € à la Chambre d’Agriculture de la Région Ile-de-France pour un approvisionnement de la restauration des collèges en produits biologiques et locaux, une protection de l’eau, une sensibilisation du grand public aux enjeux du monde agricole et une préservation des terres agricoles.

www.valdoise.fr

Coup de pouce restos !

Coup de pouce restos !

Halte obligatoire au Bistrot d’à Côté 

Il faut passer la frontière du Val d’Oise et se rendre en terres yvelinoises, à Conflans Sainte Honorine, pour découvrir le Bistrot d’à Côté, un établissement qui ne manque pas de charme. Cosy, le lieu fait salle comble le midi. Le restaurant appartient aux mêmes propriétaires qu’O‘Bistronome (même esprit mais dans une version plus « gastronomique »). Il n’empêche, le Bistrot d’à Côté ne démérite pas. Tout y est : décor sympa et moderne, accueil convivial, patron avenant et service rapide. Les entrées sont savoureuses (comme le millefeuille provençal coloré et fromage frais légèrement tiède, que nous avons dégusté). Les plats « maison » sont bien présentés, parfois servis dans de petites cocottes individuelles. A la carte également des viandes de caractères à partager, avec leurs frites maison. Tous les produits sont frais et travaillés sur place, avec un soin particulier apporté à l’esthétique dans l’assiette, de la qualité et de la variété. Seul bémol, la salle n’est pas très grande et les nouvelles restrictions risquent de limiter davantage encore le nombre de convives : réservation impérative !

Tél. 01 39 79 22 64 – 160 Avenue Carnot, Conflans-Sainte-Honorine – obistrodac.com

  

Le Peperoncino : une nouvelle adresse aux couleurs de l’Italie 

Neuville compte un nouvel établissement : le Peperoncino (qui remplace le Caratello). Un restaurant qui porte bien son nom si vous avez envie d’être dépaysé et de voyager en Italie. Le lieu a subi quelques réaménagements et travaux de décoration pour mettre en valeur ses espaces : une belle salle principale, une superbe terrasse extérieure fermée et ombragée, donnant sur une seconde salle pleine de charme où sont exposées des toiles d’artistes. Aux commandes, José Marques Outerelo, « serial » restaurateur, a démarré à l’âge de 6 ans dans le métier aux côtés de ses parents, en Suisse italienne, où il a résidé près de 28 ans avant de rejoindre l’Ile d’Elbe. Il traverse ensuite la Méditerranée et monte deux établissements à Kinshasa (Congo). Amoureux de l’Italie, de la gastronomie locale et de ses produits, il regagne la France et continue à promouvoir la cuisine transalpine, en posant ses valises à la Frette-sur-Seine et Conflans Saint Honorine, dans des établissements situés sur les bords de Seine. « J’aime construire un projet, le mettre en place et le faire fonctionner, confie le restaurateur. Habitant Andrésy, je me promène souvent en famille à Neuville. J’apprécie l’ambiance de la ville et j’ai saisi l’opportunité de reprendre cette affaire, qui cherchait un repreneur. » Ouvert depuis juillet, le restaurant fait perdurer une recette méconnue et très ancienne, la pinza, pâte très travaillée, hyper légère et alvéolée, garnie en sortie de four. « J’ai eu le coup de cœur pour ce produit que je propose à la carte. Lors de l’inauguration, les gens nous ont fait un très bon accueil et ont beaucoup apprécié. Jour après jour, le nombre de couverts augmentent doucement, le bouche à oreille fonctionne. » Les amateurs ne resteront pas indifférents au large choix d’antipasti, de carpacci, de salades, de pâtes, mais également de délicieux desserts comme le paneton perdu, avec sa boule de glace mascarpone, les profiteroles géantes avec crème pâtissière à l’italienne ou encore le tiramisu… De la vente à emporter est également proposée.   Bon appétit !     

 Tél. : 01 30 30 59 64 1 Rue Joseph Cornudet, 95000 Neuville-sur-Oise – peperoncino-pinseria.fr

Créatrices d’avenir : vous avez jusqu’au 7 octobre !

Créatrices d’avenir : vous avez jusqu’au 7 octobre !

PROLONGATION EXCEPTIONELLE : les candidatures pour la 10e édition de « Créatrices d’Avenir » restent ouvertes jusqu’au 7 octobre minuit ! À la clé pour les futures lauréates : une visibilité médiatique et 60 000 € de dotation globale dont 30 000 € en numéraire et 30 000 € en accompagnement ou en nature délivrés par les partenaires du concours (mise en réseau, formation, rendez-vous expert…).  Plus d’infos et candidature sur www.creatricesdavenir.com

Pour la 10ème année consécutive, Initiative Île-de-France organise le plus grand concours de la région dédié à l’entrepreneuriat féminin dont l’objectif est de mettre en valeur les femmes qui osent entreprendre et d’inciter les autres à se lancer. « Créatrices d’Avenir », programme unique d’accompagnement, de financement et de valorisation des femmes entrepreneures en Île-de-France, lance le top départ des candidatures ! Femmes entrepreneures, candidatez avant le 7 octobre 2020 (les inscriptions ont été prolongées !) pour devenir La Créatrice d’Avenir ou une des cinq créatrices marquantes de l’année !

À la clé pour les futures lauréates : une visibilité médiatique et 60 000 € de dotation globale dont 30 000 € en numéraire et 30 000 € en accompagnement ou en nature délivrés par les partenaires du concours (mise en réseau, formation, RDV expert, billets d’avion pour de la prospection à l’international…).

Qui peut candidater ? 

Toute femme ayant créé ou repris une entreprise dont :

  • le siège social est situé en Île-de-France,
  • au moins 50% des parts sont détenues par une ou plusieurs femmes, et la dirigeante est une femme,
  • les statuts ont été déposés ou la demande d’immatriculation a été réalisée avant le 30 septembre 2020,
  • et le projet s’inscrit dans au moins une des catégories de trophée du concours.

 

Les catégories de trophées :

  • « Audace » dédiée aux femmes ayant créé une entreprise dans un secteur non-traditionnellement féminin ;
  • « Entreprise responsable » dédiée aux femmes ayant créé une entreprise conciliant activité économique et responsabilité sociale ou environnementale ;
  • « Innovation » dédiée aux femmes ayant créé une entreprise s’inscrivant dans une démarche innovante au sens large ;
  • « Quartier » dédiée aux femmes issues d’un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ayant créé une activité ;
  • « Savoir-faire » dédiée aux femmes ayant créé une entreprise mettant à l’honneur une technique de fabrication, de réparation, de transformation ou de prestation de services relevant de l’artisanat.