Voeux du Conseil départemental : une présidente optimiste et combative

Voeux du Conseil départemental : une présidente optimiste et combative

La présidente du Conseil départemental, Marie-Christine Cavecchi, a prononcé ses vœux aux forces vives du département lundi 13 janvier, au Dôme de l’Essec, en présence de près de 300 personnalités, avec le dynamisme et l’engouement qu’on lui connait. Un discours résolument tourné vers l’avenir, malgré une année 2019 ponctuée de batailles (parfois perdues), dont celle d’Europa City, et d’inquiétudes concernant, par exemple, et l’avenir de la ligne 17 du Métro du Grand Paris. Mais aussi de beaux projets à venir et des perspectives budgétaires beaucoup plus saines pour le Val d’Oise, après des années d’efforts payants. 

La présidente a évoqué en préambule une phrase d’Albert Camus, reflétant sa vision du monde actuel : « chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. »

Et d’ajouter : « Mais je préfère la saine fatigue des combats qu’on mène à la vaine lassitude de la plainte perpétuelle, et je préfère les promesses de l’avenir aux déconvenues du passé. Nous sommes le département le plus jeune de France. A l’égard de cette jeunesse, nous avons des devoirs : celui de nous montrer résilients, de nous battre avec énergie, avec dynamisme, avec volonté, pour son futur, pour notre futur. »

Parmi les nombreux points mentionnés, Marie-Christine Cavecchi a évoqué le Fonds de Solidarité et d’Investissement Interdépartemental, créé entre les 7 Départements franciliens, représentant 150 millions d’euros mutualisés tous les ans entre tous les Départements pour soutenir le rééquilibrage de l’investissement en Ile de France.          « Concrètement, dans le Val d’Oise, ce Fonds servira à accélérer nos investissements dans nos grandes infrastructures de déplacements, je pense notamment à notre Plan Vélo que nous avons voté récemment. Il servira aussi pour le développement de notre offre d’enseignement supérieur, dans l’éducation, ou encore dans nos projets liés à l’environnement comme nos sanctuaires de biodiversité. Ce sont plus de 10 millions d’euros qui y ont été consacrés au bénéfice net du département du Val d’Oise en 2019 et près de 13 millions qui sont attendus pour cette année. »

Parallèlement, de nombreux projets pour l’entreprenariat ont été menés en 2019 :  lancement des nouveaux espaces de l’Abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen l’Aumône, dédiés à l’entreprenariat dans les domaines de l’art, première pierre du Campus 2020 de l’ESSEC, à Cergy, première pierre des futurs locaux de l’ITESCIA, notre école de l’I-Management de Pontoise, inauguration de la Turbine, le vaisseau amiral dédié à l’innovation et à la création d’entreprises…

La présidente a bien sûr évoqué le projet Europa City et la déception suscitée par son abandon, mais a réaffirmé sa volonté de se battre pour continuer à porter le département. « Valérie Pécresse a mis 1 milliard d’euros sur la table pour lancer un plan d’urgence et développer les projets du Val d’Oise. Elle soutient sans réserve la réalisation de la Ligne 17 du Métro du Grand Paris jusqu’au Mesnil Amelot. Elle soutient également la réalisation du débranchement de la Ligne H au niveau du hub de Saint Denis Pleyel qui regroupera les dessertes des Ligne 14, 15, 16 et 17 du futur Métro, ainsi que le RER D. Elle s’est engagée à ouvrir deux dossiers de transports ferrés, celui de la prolongation du T5, et celui du T11, d’Epinay vers Sartrouville, en passant donc par Argenteuil et par Bezons. Son appui était indispensable, il est désormais acquis et cela est inestimable pour notre Département. »

Mais aussi des actions dans le numérique…

« Parmi les magnifiques projets portés dans le Val d’Oise de façon collective et qui produisent des résultats décisifs, il y en a un qui n’est certes pas nouveau mais qui est tellement structurant et nous remplit d’une telle fierté que je ne peux pas ne pas l’évoquer. Il s’agit bien entendu de la fibre et du Très Haut Débit pour tous. Car l’année 2020 est le terme de la promesse que nous vous avions faite pour l’achèvement du déploiement sur l’ensemble de notre département. »

et l’environnement…  

En novembre dernier à Méry-sur-Oise, le conseil départemental a planté le premier arbre de la forêt du Val d’Oise, sur la plaine de Pierrelaye-Bessancourt. Depuis, plusieurs milliers d’entre eux ont été plantés par les techniciens de l’Office National des Forêts et terme, ce sont 1 million d’arbres qui recouvriront cet espace qui redeviendra remarquable pour de bonnes raisons. « Pour les 7 communes directement riveraines de la plaine, Herblay-sur-Seine, Méry-sur-Oise, Pierrelaye, Saint-Ouen-l’Aumône, Bessancourt, Frépillon et Taverny, pour leurs habitants, cet aménagement va changer leur cadre de vie dans les années à venir… Pour les habitants du Val d’Oise et de l’Ile de France, cette forêt viendra renforcer la trame verte et contribuera à la lutte contre la pollution atmosphérique et contre le réchauffement climatique. Pour la France, voici un projet inédit depuis plusieurs siècles, et de long terme puisque la forêt ne sera mature que d’ici 30 à 50 ans. »

Les ateliers de la SOMAG se penchent sur la réforme des retraites

Les ateliers de la SOMAG se penchent sur la réforme des retraites

La réforme des retraites : il en est plus que question actuellement ! Tout va changer. Qu’en sera-t-il dans votre entreprise ? Sophie Wakeford, consultante RH et spécialiste retraite, expliquera la réforme aux entreprises de la SOMAG et à tous les dirigeants qui s’intéressent à cette thématique, le jeudi 23 janvier prochain, et comment s’articuleront les différents régimes dans le cas d’une carrière comportant plusieurs statuts.

Cette consultante spécialiste RH, propose aux entreprises des modules de réunion d’information retraite intégrant les spécificités de son entreprise (nom de vos caisses, type de régime, taux, etc…), la présentation générale des régimes accompagnée d’explications sur les différentes règles de calcul, les dispositifs de départs anticipés (décote, carrières longues, handicap),  la situation de rachat de trimestres de sécurité sociale, l’impact de la surcote mais aussi comment préparer au mieux sa retraite.

La consultante forme égalementla fonction RH sur les différents dispositifs de la retraite obligatoire, ou ceux mis en place au sein de l’entreprise, avec l’objectif de comprendre les impacts des dispositifs sur les carrières des salariés pour mieux les anticiper.

Ateliers de la SOMAG : Rendez-vous à 8h30, salle de réunion 116 – 16 rue Ampère à Pontoise – je m’inscrits

Stratexio se lance dans le Val d’Oise

Stratexio se lance dans le Val d’Oise

LE PARC (Saint-Ouen l’Aumône), en partenariat avec Stratexio, organise un déjeuner-réunion le 29 janvier 2020 de 11h à 15h pour le lancement du Club Stratexio LE PARC. Ce déjeuner-réunion est uniquement réservé aux dirigeants d’entreprise qui se développent à l’international et souhaitent rejoindre le réseau afin de se faire accompagner dans cette démarche.  Fabrice Le Saché, vice-président du MEDEF & président de Stratexio, et Arnaud Leurent, Expert Stratexio et président de la société All Winds seront présents pour présenter ce Club dédié, qui suit une méthodologie créée par des chefs d’entreprise pour des chefs d’entreprises et qui a fait ses preuves dans plusieurs autres départements (augmentation du CA de 13% à 67% et un taux de satisfaction supérieur à 90%).

L’initiative est portée depuis quelques mois par chefs d’entreprise du département et le Parc, désireux de constituer un groupe dans le département. Stratexio est un programme de formation, de partages de bonnes pratiques et d’accompagnement des entreprises sur des opérations concrètes de développement international. L’objectif est de structurer et d’accélérer le développement international des entreprises primo-exportatrices et de celles déjà engagées sur des marchés étrangers. La démarche est collective : le programme se déploie au sein de clubs 1à personnes maximum.

Il se déroule autour d’un audit sur la maturité stratégique de l’entreprise, de 5 journées de formation collective avec les experts Stratexio choisis par le club, d’un suivi personnalisé par un référent dédié à l’entreprise et offre l’accès à un catalogue d’experts pour la mise en œuvre de la stratégie de développement. Il s’appuie sur une centaine d’experts spécialistes accrédités de l’international, pour déployer votre stratégie sur les marchés étrangers. Pour les entreprises, les résultats sont concrets : mise en place et animation d’un réseau de distributeurs (Italie), ouverture de filiales commerciales (Inde, Chine), prises de participation (Maroc), opérations de croissance externe (Brésil, USA), création de sites industriels (Europe de l’Est) ou encore conclusion d’accords de distribution (Pologne, République Tchèque).

Informations et inscriptions auprès de Véronique VALDER, Délégué général v.valder@leparcsaintouen.com – https://www.weezevent.com/dejeuner-club-stratexio

 Un nouvel artisan boulanger entre en piste à L’Aren’Park   

 Un nouvel artisan boulanger entre en piste à L’Aren’Park  

Une pâtisserie vous tente ? Envie d’un café ou d’une goumandise après une journée de travail ? Nous vous donnons rendez-vous au « Comptoir des gourmets » (artisan, boulanger, pâtissier), la nouvelle adresse de l’Aren Park (Cergy les Linandes). Au choix, des viennoiseries, des pâtisseries classiques (macarons, religieuses, entremets…) ou revisitées. Un petit creux le midi ? Snacks, hamburgers, sandwiches, pizzas, soupes, salades et plats cuisinés sont proposés. Des pains BIO sont également disponibles (le tout fait maison).

Cédric Morelle possède déjà une autre boulangerie artisanale traditionnelle et présente depuis 36 ans à Pontoise, aux Louvrais. Père de hockeyeur, cet artisan sponsorise les Joker’s (l’équipe de hockey de Cergy-Pontoise). Désireux d’ouvrir une seconde boutique, avec un espace salon de thé, il choisit l’Aren Park pour développer son concept et répondre  à l’attente des entreprises de l’Horloge et des sportifs fréquentant l’Aren Ice, en matière de restauration. Tout est fait sur place, du pain au plat cuisiné, en passant par les pâtisseries (qui offrent large choix de couleurs et de saveurs, avec une belle gamme de gâteaux en parts individuelles ou à partager). Cet espace de 150 m², (80 places assises, dont 40 à l’étage avec un espace cosy), permet de prendre une pause sur place.

L’étage peut être privatisé pour des évènements, avec buffet froid ou chaud. L’équipe est constituée d’une quinzaine de personnes qui assurent un accueil 7j/7, de 8h à 21h, excepté le dimanche (fermeture à 18h). Ouvert depuis octobre, la boutique attire déjà une clientèle fidèle. Pour créer l’animation, elle propose des thèmes et animations régulières selon les fêtes et les saisons (journée italienne, nouvelle an chinois…). Les entreprises et associations peuvent passer commande pour des petits-déjeuners ou cocktails à livrer. Venez vite vous approprier ce nouveau point convivial et plaisant.

Tél : 01 30 38 94 71 – Contact : https://comptoir-gourmets.fr

 

       

 

Voeux du Préfet : des liens forts avec les entreprises

Voeux du Préfet : des liens forts avec les entreprises

Amaury de SAINT-QUENTIN, Préfet du Val-d’Oise, a présenté ses vœux aux personnalités du département le 9 janvier dernier. Élus, chefs d’entreprises, responsables associatifs, représentants des cultes, anciens combattants, forces de sécurité et de secours, ils étaient plus de 300 à répondre à l’invitation. Le préfet a émis trois vœux : plus de sécurité, de solidarité, un développement cohérent et durable.

« La sécurité de nos concitoyens est la condition sine qua non du vivre ensemble, et ma première préoccupation. Il revient à l’État et à ses partenaires et exclusivement à eux, d’assurer cette sécurité. C’est pourquoi nous luttons inlassablement contre toute tentative de repli communautaire », a-t-il déclaré.

Si la prévention et la lutte contre les violences de toute sorte a progressé en 2019, un autre impératif du préfet, pour une société apaisée « est d’agir en direction des plus fragiles. La solidarité et la cohésion sociale sont naturellement le deuxième vœu que je formule et la deuxième exigence qui guide l’action de l’État dans le Val-d’Oise ».

« Je formule pour ce territoire un troisième voeux, celui d’une indispensable mobilisation pour en assurer un développement cohérent et durable. Un développement cohérent et durable, c’est un développement intégral, qui ne laisse aucun territoire sur le bord du chemin. Je suis attentif à ce que le Val-d’Oise bénéficie de l’ensemble des appels à projet et initiative lancé à l’adresse de tous ces territoires. »

« Accompagner le développement du territoire, c’est enfin soutenir l’emploi et l’entreprise. Cet enjeu est crucial. Le chômage reste encore au-dessus de la moyenne enregistrée en France métropolitaine et en Île-de-France. Mais nous sommes dans une dynamique réelle dans le Val d’Oise, avec une économie qui recrée des emplois salariés, avec une croissance en moyenne des chiffres d’affaires des entreprises, avec une croissance des encours de prêt qui porte l’investissement, avec une croissance également des recettes de TVA et d’IS ce qui est bon pour les finances publiques, avec une baisse du chômage surtout, une baisse continue depuis trois ans et qui atteint 2 % en 2019, soit 1500 personnes de moins inscrites à Pôle Emploi en catégorie A.

Pour faire reculer davantage le chômage, il nous faut poursuivre l’effort de formation des actifs, des demandeurs d’emploi et des jeunes pas ou peu qualifiés. Le plan d’investissement dans les compétences, avec 14,6 milliards investis sur le quinquennat pour former 1 million de jeunes et 1 million de demandeurs d’emploi, donne toute sa mesure en 2019, avec une progression de 17 % des entrées en formation dans le Val d’Oise, pour 12 000 demandeurs d’emploi bénéficiaires. C’est un effort massif, nécessaire et qui se poursuivra en 2020.

La qualification pour l’emploi passe aussi par l’apprentissage, reconnu aujourd’hui unanimement comme une voie d’excellence. Nous sommes en progression avec 10 000 jeunes valdoisiens en apprentissage sur la dernière campagne, soit 1000 de plus en deux ans, mais je suis convaincu que nous pouvons encore faire plus en 2020 avec le concours des acteurs économiques. Nous allons nous y employer. Nous entretenons pour cela des partenariats de qualité avec les forces de vives de l’économie valdoisienne, notamment les chambres consulaires et les organisations patronales. La mise en réseau que nous déployons, dans la cadre de l’initiative « La France une chance, les entreprises du Val-d’Oise s’engagent », de la semaine école-entreprise, de l’opération « Ouvre-moi ta boite », des différents salons auxquels l’État est associé, tout cela fait connaître notre tissu économique, son excellence et ses opportunités. »