Deux Valdoisiennes finalistes de Créatrices d’Avenir

Deux Valdoisiennes finalistes de Créatrices d’Avenir

Près de 450 dossiers ont été reçus cette année, à l’occasion de la 10e édition du concours Créatrices d’Avenir, organisé par Initiative Ile-de-France, un record absolu ! 15 finalistes ont été retenues, dont deux du Val d’Oise. Alka Kumar est dirigeante de New Pick Up (Roissy en France, 95). Elle est en course pour le Trophée Créatrices d’Avenir « Audace ». Safae Darbane a pour sa part créé Safae Bio Biocoop SA (Sannois), et concourt pour le Trophée « Entreprise responsable ». 

Il est possible de les soutenir en votant pour elles sur le site surveylegend.com/s/2rir. Leurs deux projets méritent d’être défendus. Alka Kumar propose une solution de transport avec chauffeur en France et en Europe, allant de 1 à 500 personnes, ainsi que des services de conciergerie, le tout à destination des entreprises.

De son côté, Safae Darbane (Safae Bio Biocoop SA), installée à Sannois, est à l’origine du concept de Bar à Vrac à vocation zéro déchet. Cette solution mobile propose plus de 100 références de produits bios en vrac et qu’on peut déplacer sur les marchés à l’intérieur des halles alimentaires. Ce projet a pour but de rendre le bio plus accessible et surtout, de faire la promotion d’une consommation zéro déchets.

www.creatricesdavenir.com

Févier d’or en appelle au soutien des consommateurs

Févier d’or en appelle au soutien des consommateurs

Depuis une semaine, Févier d’Or a lancé sur la plateforme Tudigo une campagne de financement participatif qui contribuera au développement et à la diversification de cette chocolaterie solidaire et inclusive “Tree to bar” (ou du cacaoyer à la tablette sans intermédiaire). La participation à la cagnotte offre de nombreuses contreparties allant de la visite de l’atelier et d’une dégustation de chocolats jusqu’à la préparation des emplettes de Noël. La contrepartie “La Totale de Févier d’Or” offre un voyage à travers toutes les créations du chocolatier.

Févier d’Or fait partie des très rares chocolateries artisanales à transformer le cacao et à fabriquer son propre chocolat, lorsque seul un chocolatier sur dix transforme sa fève. La plupart ont pour matière 1re du chocolat déjà fabriqué. Ses chocolats sont ainsi 100% « Bean to Bar » pour les tablettes, les moulages et l’enrobage praliné et ganache.

De par l’histoire de la fondatrice, enfant de cultivateur, Févier d’Or va encore plus loin en cultivant son propre cacao et en soutenant des coopératives de petits producteurs que l’entreprise accompagne vers une reconversion bio de leurs plantations. La chocolaterie maitrise ainsi tout le processus de A à Z, depuis la plantation jusqu’au consom’Acteur final. Résultat : des chocolats naturels aux arômes authentiques, moins sucrés, au pur beurre de cacao bio et au sucre de canne.

Aujourd’hui février d’Or recherche un soutien : beaucoup d’étapes dans l’atelier se font encore à la main, ce qui est ardu en temps de production intense pour une équipe constituée à 80% de salariés en situation de handicap. C’est la raison pour laquelle, l’équipe a besoin de nouveaux équipements dont une décortiqueuse de fèves de cacao.

Par ailleurs, la crise sanitaire actuelle impacte cette jeune entreprise. Pour se maintenir et continuer à se développer, elle compte diversifier son activité en fabriquant de nouveaux produits, tout aussi naturels et authentiques, en circuit court, comme de la pâte à tartiner et du chocolat à boire “Maison”. Cette cagnotte aidera la chocolaterie à l’achat d’une décortiqueuse automatique et d’une seconde machine pour la fabrication de la pâte à tartiner, dont le coût global est estimé à 40 000€.

Ancrée dans le développement durable et l’économie sociale et solidaire, Févier d’Or fait attention à son impact sur la société et l’environnement à toutes les étapes de sa chaîne de valeur : chocolats de qualité en circuit court, soutien et juste rémunération des petits producteurs, emploi des personnes en situation de handicap qui représentent plus de 80% de son effectif. Elle intervient aussi en faveur de la reconversion bio des plantations de cacao et du reboisement par des agro-forêts d’arbres fruitiers. Cette démarche globale, ces soins particuliers,  procurent des arômes spécifiques à ses chocolats et génèrent un revenu supplémentaire aux petits producteurs, les rendant ainsi moins dépendants de la culture du cacao. Toute ce processus procure à ses chocolats des qualités gustatives supérieures en matière de goût et de saveurs.

Pour les soutenir :

https://www.tudigo.co/don/chocolaterie-solidaire-et-inclusive-tree-to-bar?fbclid=IwAR1u_xTbVoBV1bNJV3hp0V1l3jeMAfKq0brKN9iIoXmFzw1gJMmV10LteyM

Mail : contact@fevierdor.com
Téléphone : 01 30 36 50 89
Adresse : 10 Avenue du Fief, La Mare 2 Cellule 2595310 Saint-Ouen-l’Aumône Site : fevierdor.com

Le Lions Clubs met en place un numéro solidaire

Le Lions Clubs met en place un numéro solidaire

Le Lions Clubs Ile De France Ouest (départements 78, 92 et 95) a mis en place une plateforme téléphonique pour aider les particuliers, les associations, les établissements sociaux et les centres de soins à lutter contre les conséquences de la vague 2 de la COVID19 : ALLO SOLIDARITE LIONS COVID2 au 0 805 38 38 12.
Si vous êtes un particulier et que vous avez un besoin : pour faire vos courses, aller chercher vos médicaments, accompagner un enfant à l’école, rédiger des documents administratifs, imprimer des attestations de déplacements etc., les membres du Lions Club sont là pour vous apporter leur aide.

Si vous êtes un établissement social (un EHPAD, un CCAS…) et que vous souhaitez mener une action qui permette de protéger des personnes de la COVID19 et/ou de leur apporter un soutien moral et psychologique, nous étudions avec vous la faisabilité. Si vous avez besoin de bénévoles pour vous aider notamment à accueillir les familles des résidents le week-end, nous nous organiserons pour vous aider.

Si vous êtes un centre de soins (une clinique, un hôpital, un centre médical…) et que vous avez besoin d’un complément de matériel (masques, gants, blouses…), nous identifions avec vous le fournisseur et nous prenons en charge financièrement tout ou partie des coûts.

Pour en savoir plus, il vous suffit de contacter le 0 805 38 38 12, nos équipes sont à votre disposition à partir du 16 novembre 2020, de 09h00 à 20h00 du lundi au samedi.

Attention: la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux

Partout dans le monde, le Lions Clubs International fédère des hommes et des femmes dont les actions humanitaires et humanistes contribuent au bien-être de l’Humanité dans le respect de la dignité de chacun et de sa liberté.

Il compte 45 000 clubs et plus de 1,4 million de membres. Les Lions entreprennent toutes les actions requises pour aider les communautés au niveau local, national et international. Tous bénévoles, ils se mettent au service des autres. Leur unique slogan : « Nous Servons ».

Le district (région) Ile-de-France Ouest est un des 15 districts français. Il représente, avec ses 80 clubs et 1500 Lions, les valeurs du Lions Clubs International sur les trois départements de l’ouest francilien : Les Yvelines, les Hauts de Seine et le Val d’Oise.

Les Boulangeries Ange ouvrent leurs vitrines aux restaurateurs

Les Boulangeries Ange ouvrent leurs vitrines aux restaurateurs

Voilà une belle initiative solidaire ! Le réseau de boulangeries Ange ouvre ses vitrines à ses confrères restaurateurs ! À Osny, Renan Caradec, franchisé Ange, propose les petits plats des Broches du Vexin installé à Montgeroult. Chaque jour dès 16h, une partie de la vitrine est mise à la disposition du restaurateur. 100% des ventes lui sont reversés. La boutique Ange de Montigny soutient quant à elle l’Auberge Berbère, restaurant traiteur sannoisien, qui prépare quotidiennement des plats typiques du Maghreb.

Avec 171 points de vente dans toute la France et une centaine de franchisés, le réseau de boulangeries Ange assure la continuité d’un service essentiel à l’alimentation des Français à l’occasion de ce second confinement et ce dans le respect des consignes sanitaires. Tout le monde n’a pas cette chance de poursuivre son activité et de nombreux commerces restent fermés mettant à mal les entrepreneurs. Les franchisés du réseau mesurent la chance qu’ils ont de pouvoir maintenir leur activité aux côtés de leurs équipes. C’est pourquoi, fort de cet esprit qui guide le réseau, les boulangeries Ange ont décidé de soutenir leurs confrères restaurateurs en leur proposant de vendre leurs plats à emporter, permettant également à leurs clients communs de continuer à profiter de bons petits plats.

Deux exemples concrets à Osny dans le Val-d’Oise, où le franchisé accueille avec joie le restaurant Les Broches du Vexin situé à Montgeroult ainsi qu’à Montigny, avec l’Auberge berbère. Un précieux coup de pouce en cette période compliquée. Concrètement, chacun des franchisés sur l’ensemble du territoire national propose à un restaurateur local de profiter de l’espace disponible dans ses vitrines, à compter de 16h, pour mettre en vente des plats cuisinés. « Nous avions envie de soutenir à notre niveau nos cousins restaurateurs, souligne François Bultel, dirigeant et co-fondateur, dont beaucoup sont en danger. C’est ainsi que nous avons décidé de mettre à leur disposition nos vitrines pour les aider à passer ce cap. C’est notre manière à nous d’être solidaires avec le commerce de proximité et de soutenir nos confrères restaurateurs et entrepreneurs avec qui nous partageons de nombreuses choses. »

En mars dernier, lors du premier confinement, le réseau de boulangeries Ange s’est immédiatement adapté en mettant en place des règles sanitaires adéquats pour ses clients et des outils indispensables pour protéger ses salariés. Avec l’annonce de ce second confinement, le réseau reste ouvert et continue d’accueillir ses clients dans le cadre d’un protocole strict.

Commerçants, inscrivez vous : Cergy-Pontoise déploie une plateforme de « click and collect »

Commerçants, inscrivez vous : Cergy-Pontoise déploie une plateforme de « click and collect »

L’agglomération cergypontaine se mobilise pour ses commerçants de proximité ! Face au désarroi exprimé par les petits commerces, contraints de fermer boutique, les élus ont décidé de réagir vite en lançant une plateforme web de “click and collect” gratuite en ligne, depuis ce mercredi 18 novembre. Elle leur permet de créer une page dédiée à la vente de leurs produits, disponibles au retrait en magasin. Cet outil déployé à l’échelle locale sera ouvert aux habitants dès le 26 novembre, afin qu’ils puissent y réserver leurs achats, avant de venir les régler et les retirer sur place. L’agglomération complètera cette action dans les jours à venir par une campagne de communication et de sensibilisation au sein des 13 communes afin que chaque consommateur et commerçants puisse s’approprier cet outil unique. Les élus souhaitent que le site perdure au-delà de la période de confinement et que les commerçants puissent continuer à développer ce service numérique à l’avenir à destination de leurs clients.  

Cet outil offert aux commerçants des 13 communes de Cergy-Pontoise, destiné en particulier à ceux ne figurant pas sur la liste des commerces essentiels autorisés à ouvrir au public, leur permettra de maintenir leur activité et de garder le lien avec leur clientèle. C’est également un outil pour les 90 000 foyers cergypontains qui auront ainsi la possibilité de consommer auprès de leurs commerçants de proximité habituels. Le déploiement de la plateforme se fait en coordination et avec le soutien de chacune des communes du territoires, élus et services travaillant au plus près des besoins des commerçants. Cela complète le dispositif d’aide destinés à soutenir l’économie locale mis en œuvre par l’agglomération à hauteur de 400 000 €.

Ce click&collect made in Cergy-Pontoise est une solution mutualisée proposée par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise et les communes du territoire pour maintenir l’activité des commerçants et le lien avec leur clientèle » explique Jean-Paul Jeandon, Président de la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise et Maire de Cergy. Si les mesures liées au confinement peuvent se comprendre d’un point de vue sanitaire, et notre territoire est durement touché, elles sont terribles pour une grande partie de nos commerçants locaux qui vivent une situation très difficile. En particulier en cette période qui précède les fêtes de fin d’année. Nous nous devions de les aider de manière très concrète pour traverser cette crise majeure. Grâce à cette plateforme, ce sont plus de 550 commerces de proximité, répartis dans les 13 communes, que nous allons pouvoir aider ! L’agglomération assume les coûts de mise en œuvre de cette plateforme – à hauteur de 7 700€ – et sa promotion ; les communes relaient auprès de leurs commerçants et après la réouverture annoncée des magasins et/ou la sortie du confinement que j’espère avant le 1er décembre.. »

Une solution simple, gratuite et immédiate

La plateforme est totalement gratuite pour le commerçant et le consommateur, et sans aucune commission. Le commerçant peut proposer à la vente autant de produits qu’il le souhaite et la création d’une fiche article prend moins de deux minutes.
La création d’un espace commerçant, mais aussi d’un compte client, se fait en quelques clics. La CCI comme la CMA propose par ailleurs un accompagnement sur le e-commerce aux commerçants.

C’est un outil simple, intuitif et évolutif, qui permet aujourd’hui la réservation en ligne d’un produit et son retrait avec paiement en magasin. Le paiement en ligne pourra être mis en place sur la plateforme dans un second temps.

La plateforme permet ainsi de laisser le choix au consommateur de faire ses achats dans des petites enseignes de proximité qui ne lui sont plus accessibles pendant la période de confinement. C’est aussi une façon de les faire connaître auprès de nouveaux clients, des communes voisines ou au-delà. Et c’est une solution concrète pour soutenir tous les commerçants locaux, dans toutes les communes de l’agglomération.

Ce système de commande en ligne et retrait en boutique permet ainsi de respecter les précautions sanitaires essentielles pour limiter la propagation de la covid-19. Les clients réservent/paient depuis leur ordinateur, tablette ou smartphone et n’ont plus qu’à se présenter en magasin sur un créneau de retrait. Sur place, le port du masque reste obligatoire comme la distance de 1 mètre minimum entre deux individus.

Click&Collect Cergy-Pontoise : www.clicandcol.com/cergypontoise

Aides et mesures pour les commerces de proximité : www.entreprendre-cergypontoise.fr/covid-19-info-entreprises/vos-aides-et-mesures- financieres/commerces-de-proximite

Toussaint : quels sont les loisirs qui restent ouverts durant ces vacances ?

Toussaint : quels sont les loisirs qui restent ouverts durant ces vacances ?

Difficile d’y voir clair avec les nouveaux protocoles mis en place depuis ce week-end… Quels sont les établissements ouverts et ceux qui seront fermés alors que débutent les vacances de la Toussaint ? un casse-tête pour toutes les salles de loisirs et leurs gérants. Zoom sur quelques adresses du Val d’Oise, ce qui sera autorisé et ce qui ne le sera pas.

Que dit la préfecture : « Les activités physiques et sportives sont interdites dans les salles couvertes des établissements recevant du public (gymnases, clubs de fitness, salles à usages multiples, salles de sport et piscines couvertes), quelle que soit l’activité pratiquée. L’accueil des mineurs y est possible, que le cadre soit scolaire, associatif ou privé, tout comme celui des sportifs professionnels ou de haut niveau, des activités sportives participant à la formation universitaire, ainsi que des personnes munies d’une prescription médicale ou présentant un handicap. »

Dans les faits, des lieux de loisirs, considérés comme salles de sport, vont devoir fermer leurs portes aux personnes majeures. C’est le cas de Koezio, qui reste ouvert avec un accès aux expériences uniquement réservé aux mineurs, jusqu’au 16 novembre. Les ados pourront tester seuls, sans leurs parents, le nouvel escape game en réalité virtuelle (le monde de Prince of Persia), mais les accompagnants adultes seront priés d’attendre dans le hall. « Cela s’applique pendant les vacances de la Toussaint, précise Romain Berland, directeur du site. Quand les scolaires auront repris le chemin de l’école, le site restera probablement fermé en semaine et ouvert uniquement le week-end, puisque les entreprises ne seront plus autorisées à fréquenter le lieu. » www.koezio.fr

Même combat chez Jump Park à Beauchamp. « L’activité sera réservée aux mineurs, avec une fermeture des portes à 20h30, alors qu’habituellement, nous sommes ouverts jusqu’à 22h,indique-t-on chez Jump Park. Il sera toujours possible, pour les moins de 18 ans, de tester la nouvelle attraction, baptisé le Vex, l’expérience ultime de la VR en groupe ou solo. Des sessions d’aventures virtuelles permettent d’affronter des zombies, de résoudre des énigmes ou de voyager sur la lune au cours de parties de 15 ou de 30 minutes. Les participants, équipés d’un ordinateur dans le dos et d’un gilet vibrant, se déplacent sur une plateforme à vérins, avec du vent, pour une expérience complète et des émotions garanties. https://www.urbanjumpbeauchamp.com

Chez GO Park, les décisions prises suivent la même direction. Les activités intérieures (paintball, foot, Foot bulles…) sont fermées aux adultes mais restent ouvertes aux mineurs. En revanche, les activités extérieures sont accessibles à tous. « Les directives sont floues et il est très compliqué d’obtenir des précisions de la préfecture, souligne Christophe Tailliandier. Qui plus est, nous avons eu très peu de temps pour nous organiser dès la parution du décret. Comment fait-on quand on a des réservations et qu’il faut chambouler une organisation complète le midi pour le soir ? Le téléphone n’a pas cessé de sonner ce week-end, car les gens s’interrogeaient. En revanche, ce début de semaine est beaucoup plus calme. Nous sommes évidemment inquiets pour l’avenir. GO Park existe depuis 20 ans, nous avons une assise solide, mais nous employons une trentaine de salariés, ce qui n’est pas rien. Il serait extrêmement compliqué de supporter un nouveau coup d’arrêt. Aujourd’hui, l’activité continue, bien que nous allons accuser un manque à gagner évident, puisqu’une partie des activités va être amputée. Néanmoins, cela ne nous arrête pas dans notre projets puisque de gros travaux sont prévus l’année prochaine, avec de nouvelles activités et une grosse réorganisation du site. » https://www.gopark.fr/fr/

Par ailleurs, précisons que le décret procède à une série de fermeture d’établissements recevant du public. Parmi ceux-ci les bars, les établissements flottants, les bars à chicha, les salles de jeux, les salles de danses, les foires et salons, les salles des fêtes et les salles polyvalentes. Les bowlings ne devraient donc théoriquement pas restés ouverts.

A noter que les piscines par exemple se réorganisent pour proposer plus de stages aux enfants de 6 à 10 ans pendant les vacances scolaires, dispensés par les maîtres-nageurs sauveteurs. De nouvelles sessions sont organisées pour les débutants, comme c’est le cas au sein des piscines de Val Parisis, elles aussi fermées au public pour 4 semaines minimum sauf, notamment, pour les activités encadrées recevant des mineurs (scolaires, centres de loisirs, clubs, associations et activités en régie) :  https://www.valparisis.fr/even…/apprentissage-de-la-natation