Une pause s’impose !

Une pause s’impose !

Vous avez été nombreux à nous lire cette année, à travers la news et la version papier du magazine, à nous suivre également sur les réseaux sociaux. Nous souhaitons poursuivre sur cette dynamique à la rentrée, et continuer à valoriser  tous azimuts les acteurs économiques du territoire. En attendant la rentrée, la rédaction sera en vacances à partir du 4 août et de retour le 16 août. Nous souhaitons à tous les lecteurs un excellent été ! Faites le plein de vitamine D ! A très vite !

Concours Créatrices d’avenir : vous avez jusqu’au 30 septembre pour candidater

Concours Créatrices d’avenir : vous avez jusqu’au 30 septembre pour candidater

A la clé pour les lauréates du plus grand concours régional dédié à l’entrepreneuriat des femmes : un trophée « Créatrices d’Avenir » et 60 000 € de dotation globale, dont 30 000 € en numéraire et 30 000 € en accompagnement délivré par les partenaires du concours. « Créatrices d’Avenir » lance l’appel à candidatures de sa 8e édition pour trouver la Créatrice d’Avenir 2018 et les 5 créatrices marquantes d’Ile-de-France de l’année ! Toutes celles intéressées par ce rendez-vous incontournable des femmes qui entreprennent, peuvent candidater jusqu’au 30 septembre 2018 en se rendant sur www.creatricesdavenir.com

Si l’entrepreneuriat des femmes est en plein boom, il existe encore de nombreux freins pour arriver à l’égalité professionnelle dans le champ de la création d’entreprise. Le taux de femmes entrepreneures peine en effet à atteindre les 35% avec une sous-représentation très forte dans certains secteurs porteurs, innovants, à connotation masculines, ou sur certains territoires.

Organisé par Initiative Ile-de-France, avec le soutien des principaux acteurs du développement économique et social d’Ile-de-France et des partenaires privés de premier plan engagés en faveur de la parité dans l’exercice de la responsabilité du développement économique, « Créatrices d’Avenir » entend à la fois mettre en valeur les femmes qui osent entreprendre et donner l’envie aux autres de se lancer.

Le concours récompensera six femmes ayant créé ou repris une entreprise en Ile-de-France, quel que soit le secteur d’activité, lors de la cérémonie de remise des trophées organisée en décembre prochain. Pour démontrer que les femmes entreprennent là où on ne les attend pas toujours, et aller au-delà des préjugés à leur encontre, « Créatrices d’Avenir » s’attachera à valoriser des projets audacieux, porteurs de l’économie de demain dans des domaines tels que l’innovation, l’économie sociale et solidaire, la transition numérique, la transition énergétique, l’économie de partage, l’économie circulaire, la croissance et l’éthique, ou ayant un impact positif sur leur territoire. Comme en 2017, les candidatures des 15 finalistes « Créatrices d’Avenir » seront soumises aux votes du public qui élira la plus prometteuse d’après lui.

www.creatricesdavenir.com

CRITT renforce sa position sur les aéroports franciliens

CRITT renforce sa position sur les aéroports franciliens

Le Groupe CRIT, leader de l’assistance aéroportuaire en France à travers sa filiale Groupe Europe Handling, renforce significativement son leadership et s’implante sur l’aéroport de Paris-Le Bourget, premier aéroport d’aviation d’affaires en Europe. D’autre part, le groupe se renforce dans l’assistance au fret aérien avec la signature de plusieurs contrats sur l’aéroport de Roissy CDG. Le groupe annonce la reprise des activités de la société Advanced Air Support qui assure l’assistance complète de plus de 10 000 vols privés et officiels par an sur l’aéroport Paris-Le Bourget. La société prend en charge les prestations piste et opérations, services aux passagers et aux équipages, gardiennage ponctuel et longue durée de tous types d’avions (du jet au gros porteur) opérant sur l’aéroport du Bourget.

Exclusivement dédié à l’aviation d’affaires, mais aussi aux déplacements sanitaires, officiels et privés, l’aéroport de Paris-Le Bourget est le plus grand aéroport d’affaires d’Europe. Il dessert 800 destinations et a enregistré plus de 54 000 mouvements d’avions en 2017 (1). Cette reprise, effective à compter de juillet 2018, permet au groupe, prestataire aéroportuaire sur les aéroports de Roissy et d’Orly, de renforcer son leadership en France et d’opérer sur l’ensemble des plateformes aéroportuaires parisiennes.

Le groupe étend ainsi son champ d’intervention sur le secteur porteur de l’aviation d’affaires qui a enregistré en 2017 un trafic aérien de 700 000 vols en Europe en croissance de 6% sur l’année (2). D’autre part, le groupe se renforce dans le fret aérien et l’assistance aux vols cargo et annonce la signature de deux importants contrats signés avec Air France Cargo sur l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle. Ces nouveaux contrats répondent à la double stratégie du groupe d’accompagner les besoins de ses compagnies aériennes clientes et d’élargir l’éventail de ses prestations d’assistance aéroportuaire sur ses escales. L’aéroport de Roissy CDG est le 1er aéroport de transport de fret en France et a enregistré un trafic en croissance de 3% en 2017 (3).

Ces nouveaux succès commerciaux, qui devraient apporter un chiffre d’affaires additionnel de plus de 20 millions d’euros en année pleine, permettent ainsi au groupe de conforter sa position dans le top 10 mondial des sociétés d’assistance aéroportuaire.

Jean-Eric Vergne, le pontoisien s’impose en Formule E

Jean-Eric Vergne, le pontoisien s’impose en Formule E

Jean-Eric Vergne, dont les parents gèrent le RKC à Cormeilles, est devenu le quatrième champion du monde de Formule E. Il succède à Nelson Piquet Jr, Sébastien Buemi et Luca di Grassi, dernier champion en date. Le pilote français s’est offert, le jour de la Fête Nationale, ce titre convoité. Régulier sur l’ensemble de la saison, en finissant dans le top 5 tous les E-Prix entre Hong Kong et Berlin, il s’est également imposé à trois reprises cette saison : au Chili, en Uruguay et en France, à Paris.

La Formule E, compétition internationale de monoplaces électriques, prend une place de plus en plus importante dans le monde des sports mécaniques. Elle se court en ville avec un niveau de performances toujours plus relevé. A partir de la saison prochaine (la cinquième), les constructeurs seront de plus en plus nombreux à l’investir, à l’image de Porsche, Mercedes, BMW ou Nissan qui vont ainsi rejoindre Audi, Jaguar ou DS (Renault laissant sa place à Nissan).

Ce succès croissant est marqué cette année par la réussite du pilote français Jean-Eric Vergne, pilote de l’écurie franco-chinoise Techeetah, qui a remporté le titre de champion de Formule E à l’issue de la première des deux courses courues à New York. Une forme de consécration pour cet ancien de la Formule 1, qui a côtoyé la catégorie reine du sport automobile entre 2012 et 2014 avec Toro Rosso. Engagé très tôt en FE, il poursuit l’aventure au sein de la même écurie l’an prochain (Techeetah). Jean-Eric Vergne a donc  décroché le titre en Formule E, le Championnat de monoplaces électriques, samedi dernier à l’issue du premier des deux ePrix de New York, avant-dernière course de la saison.

Parti en 18e et avant-dernière position après avoir vu son temps en qualifications invalidé par les commissaires pour avoir utilisé trop d’énergie, il est remonté jusqu’à la 5e place sur la ligne d’arrivée, quand son dernier rival, le Britannique Sam Bird (DS Virgin Racing), n’a pu faire mieux que 9e.

Le champion est un enfant du cru et du volant : né à Pontoise en 1990, il commence le karting à 4 ans, sur le circuit de son père qui gère le RKC de Cormeilles en Vexin. C’est bien sûr dans le complexe valdoisien que JEV, suivi dès l’âge de 5 ans par le pilote automobile Jean Alési et ex pilote F1 chez Toro Rosso (58 GP), a débuté en karting.

Lucy Bistro : petit restaurant mais grande cuisine

Lucy Bistro : petit restaurant mais grande cuisine

Le restaurant situé juste en face de la grande entrée du jardin de la ville et à 1 min à pied du centre historique de Pontoise fait désormais partie des incontournables de la la ville. Après avoir longtemps travailler sur Paris en tant que cuisinier dans des grands restaurant comme l’hôtel du Nord dans le 10ème  arrondissement de la capitale, Cyril Vanderheggen et sa compagne ont décidé de réaliser un rêve de longue date en ouvrant leur propre restaurant. ils ont jeté leur dévolu sur un établissement situé rue de Gisors à Pontoise. Bienvenue chez Lucy Bistro. 

Le chef Cyril propose à sa clientèle une cuisine française traditionnelle et gourmande 100% faite maison ! Egalement propriétaire d’un potager à l’arrière du restaurant, la clientèle profite de cette production, complétée par d’autres produits achetés sur les marchés locaux. « Nous avons fait le choix d’une petite carte avec cinq entrées, six plats et cinq desserts. Toutes les trois semaines, nous la renouvelons en changeant deux menus ». A la carte, des plats tels que le Risotto Crémeux aux Petits Pois et Asperges, Roquette et copeaux de Parmesan ;  Tataki de Thon au sésame mi-cuit, salade de légumes croquants, sauce Shirogoma ou LuCy Burger maison, frites maison et condiments.

L’établissement sort du lot : il est désormais l’un des mieux noté de la ville, apprécié pour son accueil, sa convivialité, sa déco façon bistrot, ses produits de qualité et ses belles assiettes gourmandes. « Victime » de son succès, le lieu affiche très régulièrement complet (réservation vivement recommandée). Comptez 16 euros pour un menu entrée – plat ou plat – dessert et 20 euros pour un menu (entrée – plat – dessert) le midi.

http://www.lucybistro.fr – Tél . : 01 30 75 07 74

La Région Île-de-France et Bpifrance lancent « L’accélérateur PME industrielles »à destination des ETI

La Région Île-de-France et Bpifrance lancent « L’accélérateur PME industrielles »à destination des ETI

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance et Pierre-Oliver Brial, Président du club des ETI ont lancé en juin « L’accélérateur PME industrielles ». Ce programme de soutien à des PME industrielles qui produisent en Île-de-France s’inscrit dans le cadre de la stratégie Smart Industrie, votée en juillet 2017 et dotée d’un budget de 300 millions d’euros sur la durée de la mandature. Cet accélérateur doit notamment permettre à 500 PME et ETI franciliennes de se convertir au numérique et de se former aux besoins de demain. Trois entreprises valdoisiennes ont té retenues : Protec à Saint Brice sous Forêt, Dupliprint à Domont et Hexagone Manufacture à Argenteuil.

Valérie Pécresse a dévoilé les 21 entreprises (PME) industrielles lauréates du programme d’accélération pour l’année 2018. En moyenne, ces entreprises réalisent un chiffre d’affaires de 16 millions d’euros et ont une trajectoire de croissance de 13% entre 2015 et 2017. Toutes ces entreprises sont en phase de recrutement pour l’année à venir et comptent en moyenne 77 collaborateurs.

La Région Île-de-France finance le tiers du coût du programme qui s’élève à 6 millions d’euros sur 4 ans pour 90 entreprises visées, soit 1 955 000 euros. Bpifrance finance, pour sa part, 900 000 euros. Le solde, soit la moitié du budget, est pris en charge par les entreprises participantes.

Les candidatures pour l’année 2019 sont d’ores-et-déjà ouvertes, jusqu’au 28 septembre 2018, sur le site :  https://www.sphinxonline.com/SurveyServer/s/ACCELERATEUR1/AccPMI2_IDF_Reponsedudirigeant/questionnaire.htm

Peuvent candidater les PME qui produisent en Île-de-France et souhaitent franchir une étape dans leur développement, et dont le chiffre d’affaires est compris entre 5 et 50 millions d’euros. Les PME industrielles seront sélectionnées pour leur potentiel de croissance. Elles seront accompagnées sur une durée de 24 mois, afin de tendre vers le statut ETI (200 actuellement en Ile-de-France). En effet, les ETI sont fortement créatrices d’emplois et de valeur à long terme, leur développement est essentiel pour faire de l’Ile de France le berceau de la renaissance industrielle française.

Le programme Accélérateur PME industrielles propose :

– Un accompagnement stratégique et opérationnel réalisé par des consultants sur les leviers de compétitivité (export, innovation, croissance externe, transformation digitale, industrie 4.0…) de chacune des entreprises accélérées.

– 8 séminaires de formation délivrés par Centrale Supelec pour donner des clés de réflexions aux dirigeants sur leurs orientations stratégiques.

Il concernera 90 entreprises sur 4 ans (3 promotions seront lancées successivement de 2018 à 2020) avec l’objectif d’accroitre de 10 % le nombre d’ETI industrielles en Ile-de-France dans les 3 à 5 ans à venir. Au-delà du seuil (passage PME/ETI), les entreprises accélérées devraient voir leurs effectifs et leur chiffre d’affaires croître de 20 % en 3 ans.

Le coût de ce programme s’élève à 6 millions d’euros sur les 4 ans :

– La subvention régionale s’élève à 1 955 000 euros (1/3) pour l’ensemble du programme,

– La participation de Bpifrance s’élève à 900 000 euros,

– La participation Entreprise s’élève à 3 180 000 euros, soit 35 000 euros TTC euros par entreprise.

Pour en savoir plus sur le dispositif : https://www.iledefrance.fr/economie-agriculture/un-accelerateur-de-croissance-pme-industrielles-2018