Emballé c’est pesé : un nouveau showroom pour Sealpac à Roissy

Emballé c’est pesé : un nouveau showroom pour Sealpac à Roissy

Le constructeur de machines de conditionnement Sealpac se dote d’un espace d’exposition de 140 m² à Roissy (Val-d’Oise) pour réaliser des essais avec les clients.

Ce qui était au départ une entreprise individuelle installée dans une grange du nord de l’Allemagne est devenue une unité de production de pointe d’operculeuses et de thermoformeuses. Sealpac produit chaque année des centaines de machines de conditionnement de haute technologie qui sont vendues dans le monde entier par un réseau de distributeurs soigneusement sélectionnés.

Avec le soutien de Sealpac international, le bureau de vente international situé aux Pays-Bas, ces distributeurs, ainsi que de nombreuses filiales, fournissent à leur clientèle locale des conseils en matière de projets et assurent des installations, des formations, de la maintenance ainsi que la fourniture de pièces détachées et des services après-vente pour les équipements.

Pour la France, la filiale est installée à Roissy. Le site vient de se doter d’un espace d’exposition de 140 m² pour réaliser des essais sur des produits avec les clients. Le showroom est aménagé avec des sols industriels et des consommables à proximité pour effectuer les tests.

« Pendant la crise, les restrictions sanitaires nous empêchaient d’aller avec les clients dans notre usine de Oldenburg, en Allemagne, pour tester les produits – explique Thomas François, responsable commercial chez Sealpac – cela nous a retardé dans certains projets ». C’est dans ce contexte que le constructeur de matériel de conditionnement pour l’alimentaire s’est lancé dans la rénovation des bureaux de sa filiale française, à Roissy-en-France où il est installé depuis 2008.

Le Département engagé pour l’environnement et la biodiversité

Le Département engagé pour l’environnement et la biodiversité

A la veille de la Sainte-Catherine, dont le proverbe prédit que « tout bois prend racine », les élus du Département ont lancé la campagne de plantations de la saison 2022-2023 dans la forêt de Maubuisson et sur les délaissés routiers du domaine départemental. Au total, plus de 150 000 arbres vont être plantés.

« La protection de nos paysages et l’amélioration du cadre de vie des Valdoisiens est notre priorité. Nous sommes tous attachés à l’identité rurale du territoire et à la beauté de notre patrimoine naturel. Cette saison plus de 150 000 arbres seront plantés dans la forêt de Maubuisson. Nous sommes à 455 000 arbres depuis 2019 et nous maintenons le cap du million d’arbres d’ici 2030 pour offrir aux Valdoisiens et Franciliens un nouveau poumon de verdure et de biodiversité de plus de 1300 hectares au cœur du Val d’Oise. Le Département s’attache également à reconquérir les espaces verts abandonnés comme les accotements de voirie. Plus de 300 arbres y sont plantés depuis l’année dernière. Enfin, nous avons renforcé nos dispositifs pour lutter contre les dépôts sauvages, ce fléau national qui pollue notre environnement » souligne Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise.

455 000 arbres plantés dans la forêt de Maubuisson d’ici février 2023

Une nouvelle forêt est en train de naitre en Val d’Oise. Du jamais vu dans l’histoire de France depuis deux siècles. Le projet ambitieux, porté par le syndicat Mixte d’aménagement de la plaine de Pierre-Bessancourt avec le soutien du Département, la Région, l’Etat et les collectivités, est de créer dans le département du Val d’Oise une forêt de 1340 hectares appelée « Forêt de Maubuisson » sur les communes de Bessancourt, Frépillon, Herblay-sur-Seine, Méry-sur-Oise, Pierrelaye, Saint-Ouen-l’Aumône et Taverny. 1 million d’arbres sont en cours de plantation. Répondant aux exigences du site, anticipant les variations climatiques, offrant des habitats naturels diversifiés, la forêt de Maubuisson contribuera au développement de la biodiversité, à la lutte contre la pollution atmosphérique et contre le réchauffement climatique.

Depuis la plantation inaugurale en 2019, ce sont 130 hectares, soit 292 000 plants, d’une trentaine d’essences différentes, qui ont été plantés sous la maitrise d’œuvre de l’Office National des Forêts (ONF). A partir d’aujourd’hui, environ 80 hectares supplémentaires seront plantés jusqu’à fin janvier 2023 à Méry-sur-Oise, Bessancourt, Saint-Ouen-l’Aumône et Frépillon, ce qui représentent plus de 155 000 arbres. Des semis (mélange herbacés, fleurs…) seront également réalisés dans les espaces ouverts du nord de la plaine en 2023. Au total, 445 000 arbres auront été plantés à la fin de la saison des plantations en février 2023.

Reconquête des délaissés routiers, brigade verte, lutte contre les dépôts sauvages…

Ce 24 novembre, les élus du Département ont également planté une cinquantaine d’arbres sur les délaissés routiers du domaine départemental à Marines, Santeuil, Sagy et Attainville. On y trouve différentes essences : Alisier blanc, Aubépine, Charme, Chêne sessile, Érable champêtre, Frêne, Merisier, Tilleul, Cerisiers etc. Depuis l’année dernière, ce sont plus de 300 arbres plantés. L’objectif est d’améliorer la biodiversité sur les accotements de voirie, diversifier les milieux naturels, favoriser les insectes pollinisateurs sauvages et contribuer à l’amélioration des conditions de sécurité du réseau routier.

Cette année, le Département a lancé une brigade verte composé de 2 équipes (chacune de 5 agents en insertion). Elle a la charge du ramassage des déchets le long du réseau routier départemental, du petit entretien de chemins et de fossés, de la fauche, du petit élagage ou encore de la plantation d’arbustes et de haies sur les espaces naturels sensibles. Ces équipes sont encadrées par les professionnels du Centre pédagogique pour Construire une Vie active. Plus de 12m3 de déchets sont ramassés chaque jour par cette brigade. Une opération exceptionnelle de grande ampleur a été menée fin juin sur les routes départementales par la brigade verte accompagnée par 75 agents des routes pour l’occasion. 63 tonnes de déchets (plastique, carton, papier, palette, pneus, pots de peinture…) avaient été ramassés en 48 heures.

Enfin, les élus du Département ont lancé un plan de lutte contre les dépôts sauvages. Le Département met en place une série de mesures : repérage des dépôts sauvages par satellite, appel à projets pour la création et l’extension de déchetteries publiques, opération de sensibilisation à la prévention et la gestion des déchets, charte avec la Fédération française du bâtiment en Val d’Oise (FFB95) et aides à l’investissement des communes. Pour rappel, ce fléau national coûte 1,3 million d’euros par an au Département et plus largement, près de 14 millions d’euros par an aux collectivités et acteurs du territoire. Plus de 250 points de dépôts illégaux ont déjà été identifiés sur le Val d’Oise.

Chiffres clés :

-4,7 millions €, le budget du Département en 2022 consacré à la politique environnementale

-445 000 arbres plantés dans la Forêt de Maubuisson d’ici février 2023

-26 espaces naturels sensibles entretenus par le Département

-4 forêts départementales entretenues par le Département

-10 agents en contrat aidé dans la brigade verte du Département

-250 points de dépôts sauvages identifiés sur le Val d’Oise

Stop aux punaises de lit avec Innovaondes

Stop aux punaises de lit avec Innovaondes

Si les punaises de lit avaient disparu dans les années 50 en France, la recrudescence de ces insectes sur le territoire national est une réalité. En cause : les voyages internationaux et le développement des résistances aux insecticides. Les punaises de lit sont des insectes parasites qui vivent à l’abri de la lumière, dans les espaces sombres. Les chambres à coucher et les salons avec canapé sont principalement touchés. En cas d’infestation d’un logement, il est nécessaire de procéder à des mesures strictes pour limiter leur prolifération jusqu’à l’élimination.

Phansavath Vong, entrepreneur cergypontain, a mesuré tout l’enjeu lié à cette question de santé publique. Alors que les punaises de lit ont développé des résistances à la quasi-totalité des insecticides et produits chimiques, d’autres solutions plus saines existent (comme la congélation ou la chaleur…), mais requièrent certaines difficultés de mise en œuvre.

Pour proposer une alternative innovante, le dirigeant et sa start-up Innovaondes, installée à la Turbine de Cergy, ont développé une toute nouvelle technologie par micro-ondes. Ce procédé innovant, unique en France, permet de traiter de manière efficace la problématique. « Lorsque les gens sont confrontés à la présence de punaises de lit, qui se révèle être une expérience souvent traumatisante, il faut décontaminer toutes les affaires, les meubles ainsi que l’intérieur du logement, souligne-t-il. Pour traiter le mobilier, nous nous sommes dotés d’un camion de 20 m3, équipé d’une chambre mobile aux parois métalliques étanches et hermétiques, que nous avons développée et fait fabriquer sur mesure. Les meubles y sont déplacés, pour être traités : les punaises de lit sont éradiquées et les affaires sauvées. La solution est adaptée et ne laisse aucun résidu chimique dans l’habitation. Ensuite, au sein du logement, les endroits où se logent les insectes sont traités grâce aux générateurs de micro-ondes (mégatron). Nous faisons également appel à notre chien de détection dressé pour les repérer. »   
Aujourd’hui, Innovaondes est la seule société à proposer cette technologie très particulière, qui possède toutes les certifications et normes CE. Il vient de se doter d’un entrepôt de 400 m2 pour stocker son camion, avec l’objectif de créer d’autres agences à terme et d’acquérir plusieurs camions similaires pour être présent partout en France.
Collecte de jouets ‘Noël pour Tous’ 2022 : la STIVO lance un appel aux dons de jouets

Collecte de jouets ‘Noël pour Tous’ 2022 : la STIVO lance un appel aux dons de jouets

Les Restos du Cœur et la STIVO se mobilisent pour la collecte de jouets de Noël du lundi 28 novembre au dimanche 4 décembre 2022. La STIVO, opérateur du réseau Île-de-France Mobilités, organise la 20e édition de sa collecte de jouets « Noël pour Tous ». Cette action du cœur a pour but de collecter un maximum de jouets non-utilisés ou oubliés dans les greniers (voitures, jeux de société, puzzles, peluches*, figurines, poupées, jeux vidéo…), afin de leur donner une seconde vie en les offrant à des familles en difficulté, bénéficiaires de l’Association des Restos du Cœur, à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Cette année, Les Restos du Cœur et la STIVO lancent cet appel aux dons de jouets et de jeux en bon état (voire neufs) du lundi 28 novembre au dimanche 4 décembre 2022.

Plusieurs points de collecte se sont portés partenaires et soutiennent l’opération dans l’agglomération de Cergy-Pontoise :

  • Des Conducteurs bénévoles STIVO tiendront le Bus de Noël, stationné sur le parking du Centre Commercial de l’Oseraie à Osny, partenaire de l’opération, du lundi 28 novembre au vendredi 2 décembre de 12h à 14h.
  • Le Centre Communal d’Action Sociale (34 Rue Alexandre Prachay, 95300 Pontoise)
  • La Mairie de Boisemont (Rue de l’église 95000 Boisemont)
  • Le Parc de Loisirs My Dreamland (38 Chemin du Poirier Charles Guérin, 95520 Osny)
  • Le Siège de la STIVO situé à Saint-Ouen-l’Aumône (13 rue de la Tréate 95310 Saint-Ouen-l’Aumône).
  • Boutique Transports STIVO en gare de Cergy-Préfecture.

Les jouets et jeux seront ensuite récupérés par les bénévoles des Restos du Cœur.

Les dons collectés seront ensuite triés selon les catégories d’âge des enfants, et remis aux familles bénéficiaires à l’occasion des arbres de Noël de l’association.

Les Restos du Cœur et la STIVO comptent sur un bel élan de générosité pour offrir, cette année encore, un joyeux Noël à tous.

 

Collins en action pour les personnes en situation de handicap

Collins en action pour les personnes en situation de handicap

La ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, chargée des Personnes handicapées, Geneviève Darrieussecq, s’est rendue chez Collins Aerospace, le 17 novembre dernier à Saint-Ouen l’Aumône. La ministre a visité l’entreprise, spécialisée dans le développement, l’intégration et la maintenance de haute technologies pour l’aviation. Le groupe travaille en partenariat avec l’association Hanvol qui oeuvre pour l’insertion des personnes en situation de handicap dans le secteur de l’aéronautique et spatiale. Hanvol propose des contrats d’alternance de 24 mois permettant aux personnes en situation de handicap d’être opérationnelles dans un secteur en tension. A lire, cette interview du journal de l’aviation suite à la visite de la ministre. https://www.journal-aviation.com/actualites/46802-collins-aerospace-en-action-pour-une-plus-grande-inclusion-des-personnes-en-situation-de-handicap-dans-l-industrie

DHL Express Paris CDG bat tous les records un an après son ouverture

DHL Express Paris CDG bat tous les records un an après son ouverture

Un an après son inauguration, en octobre 2021, et 170 millions d’euros d’investissement, le méga HUB de DHL Express de Paris-Charles de Gaulle est parfaitement rodé. À l’aube des éditions 2022 du Black Friday (25 novembre), du Cyber Monday (28 novembre) et de Noël, tout est fin prêt pour faire face aux pics d’activités. DHL Express estime que le HUB traitera plus de 115 000 colis chaque jour durant la semaine la plus dense du 12 décembre !

Depuis son ouverture, plus de 21 millions de colis ont transité par ce hub hors-norme pour être acheminés partout en France et dans le monde en empruntant une cinquantaine de vols par jour. Le nouveau site, implanté sur un espace grand comme 13 terrains de foot, gère chaque jour une moyenne de 90 000 colis, soit 3 fois plus que l’ancien.

Le site a également créé davantage d’emplois qu’initialement prévu : 273 à ce jour contre 239 envisagés, soit 34 de plus. En tout, ce sont aujourd’hui 770 collaborateurs qui œuvrent chaque jour 7j/7 et 24h/24 à fournir les meilleurs services aux clients DHL Express. En 2023, l’entreprise prévoit d’en recruter 150 de plus. Il s’agit en effet de faire face à la croissance des volumes traités, estimée à +5 % pour 2023.

Le Hub de DHL Express à Roissy CDG : au cœur du réseau européen

La chaîne de tri ultramoderne de ce nouveau centre fait 1,5 km de long au total et sa capacité de traitement atteint les 38 000 pièces (colis et plis) par heure, soit 15 fois plus que l’installation précédente. Cette gigantesque surface d’exploitation de 32 000 m2 fonctionne nuit et jour sans interruption. Depuis son inauguration, les équipes ont bénéficié de plus de 6 000 heures de formation pour se familiariser aux outils dont il est équipé. De nouveaux métiers ont même fait leur apparition, comme « Superviseur Sort Control », en charge de la gestion de la chaîne de tri automatisée qui trie, pèse et dirige les colis vers les bonnes destinations. Son système intelligent offre même l’opportunité de trier selon la destination, le code postal, le poids, le numéro de compte, etc.

Cette automatisation des tâches permet d’améliorer les conditions de travail et s’accompagne d’une ergonomie des postes soigneusement étudiée : bras de déchargement télescopique, revêtement de sol antifatigue, hauteur et dimensionnement des espaces, réduction des piétinements …

À la pointe dans tous les domaines, le site est équipé de 10 machines à rayon X, d’une tour de contrôle active 24h/24, d’un système « pick to light » pour une détection automatique des colis en dédouanement. Le centre dispose également de 700 caméras pour assurer le suivi et la sécurité des marchandises en transit.

Le plus important investissement de DHL Express en France

Le leader du transport express international a consacré 170 millions d’euros à ce nouveau site, 10 fois plus grand que le précédent. Il s’agit de l’investissement le plus important de DHL Express ces dernières années en Europe et du plus important jamais réalisé en France depuis son arrivée en 1976. Sa construction, débutée en mars 2020, a nécessité 20 mois de travaux. Cette installation renforce l’ancrage de l’entreprise en France, qui a également investi au total plus de 255 millions d’euros dans ses infrastructures hexagonales sur les 6 dernières années. Avec un réseau solide, DHL Express a tous les atouts en main pour accompagner et anticiper la hausse des échanges mondiaux en raccourcissant les délais de livraison, en renforçant le suivi et la sécurité des colis tout en améliorant le confort de travail de ses équipes. La plate-forme Paris-Charles de Gaulle est dimensionnée pour absorber la croissance des 10 prochaines années.

Une empreinte carbone réduite

Le hub DHL Express de Paris-Charles de Gaulle répond à des critères stricts en matière d’environnement : éclairage LED avec détecteurs de présence, chaîne de tri à moteurs haut rendement IE4, air conditionné haute performance énergétique, toits végétalisés, etc. Son efficacité énergétique est améliorée de 50 % par rapport au site précédent. Il s’inscrit dans l’objectif zéro émission à horizon 2050 fixé par le Groupe Deutsche Post DHL. Le centre de Paris-Charles de Gaulle est ainsi équipé de bornes de recharges électriques pour les utilitaires et les véhicules personnels des collaborateurs. Il faut dire que l’entité française est très engagée en la matière. Elle dessert désormais une centaine de centres-villes français avec des modes de transport doux : à pied, à vélo, en triporteur ou en utilitaire électrique. Cette année, elle va acquérir 100 nouveaux véhicules zéro émission : 60 Mercedes E-sprinter et 40 Ford E-transit pour développer sa flotte électrique en France.