Contact Entreprises : Pénurie, inflation… les entreprises face à de nouveaux défis

Contact Entreprises : Pénurie, inflation… les entreprises face à de nouveaux défis

Nous vivons une époque complexe… Depuis quelques mois, les entreprises sont nombreuses à être impactées par les pénuries et les hausses de prix, dans tous les domaines et dans tous les secteurs. Il n’y a pas une cause, mais un ensemble de facteurs, qui engendre des répercutions en cascade. Si le porte-monnaie du consommateur fait office de baromètre, les entreprises sont elles aussi en première ligne et contraintes de trouver des parades pour s’adapter. La rédaction a interrogé des dirigeants d’horizons divers pour mieux comprendre leurs problématiques au quotidien. Bâtiment, industrie, automobile, imprimeurs, acteurs du monde agricole… : personne n’échappe au vent inflationniste qui souffle sur notre économie mondialisée. A lire également dans ce numéro les portraits de la SICAE Vallée du Sausseron et de Julien et Pascaline Della Negra (Spirit Développement). Bonne lecture à tous !

Pour accéder au journal en téléchargement, cliquez sur ce lien :

https://www.contact-entreprises.net/wp-content/uploads/2022/05/Contact176.pdf

Des actionneurs nouvelle génération chez Collins Aerospace

Des actionneurs nouvelle génération chez Collins Aerospace

Collins Aerospace se lance en France dans les actionneurs de vol électriques. Le groupe américain investit 18 millions de dollars dans ce projet. Cette ingénierie sera réalisée par les sites de Saint-Ouen-l’Aumône et de Saint-Marcel (Eure).

L’enjeu est de remplacer par une puissance électrique la puissance hydraulique de ces actionneurs. Il s’agit aujourd’hui de vérins hydrauliques qui « actionnent » les commandes de vol pour permettre à l’appareil de s’orienter dans l’espace, dans toutes les phases de vol : décollage, montée, croisière, descente, atterrissage. Sur un avion moyen-courrier, on compte une vingtaine d’actionneurs, situés dans les ailerons et l’empennage arrière.Collins Aerospace va investir 18 millions de dollars (16,4 millions d’euros) sur quatre ans dans ce projet, dont la moitié sera financée par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) dans le cadre de France Relance.

Les technologies mises au point pour ces actionneurs électriques vont entraîner l’élimination de multiples pièces hydrauliques et mécaniques. Il va en résulter un actionneur plus petit, avec un gain de poids évalué à environ 500 kilos sur l’ensemble de l’avion, contribuant à l’allègement de la structure et à une baisse de la consommation de carburant. Sur les sites de Saint-Ouen-l’Aumône et Saint-Marcel, la mutation vers l’actionneur électrique va entraîner un redéploiement des compétences, mais pas de suppressions de postes, assure la direction.

www.collinsaerospace.com

L’ancien site de Nielsen en pleine refonte

L’ancien site de Nielsen en pleine refonte

Nielsen France (500 personnes), parti de Cergy pour emménager à Bezons, avait laissé vacant depuis 2019 ses vastes locaux de 28 000 m2, devenus vétustes. Le promoteur Cardinal Campus, spécialisé dans les résidences étudiantes, s’est finalement porté acquéreur de ce site, historiquement occupé par le groupe leader en études de la consommation et de la distribution.

C’est un ensemble de quatre bâtiments entourant un parc arboré qui sortira de terre d’ici à fin 2024, sur la parcelle située entre l’avenue des 3 Fontaines et le boulevard du Port à Cergy. Après l’étape du désamiantage, la déconstruction de l’immeuble Nielsen devrait être achevée fin juin. Les travaux de construction de deux résidences étudiantes débuteront en mai, avec pour objectif une mise en service pour la rentrée universitaire 2024. Une offre de logements en accession et des bureaux verront également le jour. Un immeuble de près de 6 000 m² sur 6 niveaux, dédiés à l’accueil d’activités tertiaires, est au programme. Les travaux de construction devraient s’échelonner entre l’été 2022 et fin 2024-début 2025.

 

Novair acquiert le fabricant de compresseurs d’air America Energy

Novair acquiert le fabricant de compresseurs d’air America Energy

Le leader mondial des systèmes de production de gaz sur site poursuit son expansion aux Etats-Unis avec cette nouvelle acquisition. America Energy est un fabricant américain de compresseurs d’air et de systèmes de gaz médicaux, offrant une large gamme de centrales d’air médical, de centrales de vide et de générateurs d’oxygène.

Intégrant tous les types de technologies de compression et de vide, les solutions d’America Energy sont spécialement conçues pour le marché très exigeant de la santé. Depuis son usine de fabrication de Pembroke Pines, en Floride, America Energy fournit des équipements et des services en Amérique du Nord, centrale et du Sud, ainsi que dans les Caraïbes. En rejoignant le groupe Novair, America Energy accède à une large palette de solutions haut de gamme qui complètent son offre existante, dont les générateurs d’oxygène et d’azote PSA, les systèmes de remplissage de bouteilles d’oxygène à haute pression, et les systèmes de contrôle et de distribution de gaz médicaux.

D’autres synergies sont également à prévoir grâce aux services et aux compétences en ingénierie de NOVAIR, désormais reconnus dans le monde entier. Cinq mois après l’acquisition du fabricant américain de générateurs d’oxygène OGSI, Novair se donne les moyens d’adresser pleinement le marché américain, en ajoutant à son catalogue des systèmes d’air comprimé et de vide Made in USA, fabriqués selon les normes américaines. Le groupe acquiert également des capacités d’ingénierie clés qui bénéficieront à l’ensemble du groupe.

www.novair.fr

Saint-Ouen l’Aumône : Pomona double la taille de son site

Saint-Ouen l’Aumône : Pomona double la taille de son site

Le groupe Pomona Passion Froid, dont la direction régionale et les entrepôts logistiques sont installés sur le parc de Saint-Ouen l’Aumône depuis 2001, poursuit son développement. Grossiste alimentaire pour les professionnels de la restauration hors domicile (restauration commerciale et collective), en produits surgelés mais aussi en produits frais et produits laitiers, avec plus de 4500 références en catalogue de l’entrée au dessert, le groupe finalise son projet d’extension initié en 2021.

Après un premier agrandissement de son site en 2007, puis l’acquisition d’un second bâtiment en 2008 afin d’absorber l’arrivée de gros clients comme Sodexo et Elior, le groupe avait une nouvelle fois besoin de pousser les murs. « Nous avons décidé, au pire moment de la crise, de mener à bien un projet qui nous tenait à cœur, explique Etienne GROSS, directeur du site, en lançant l’extension de notre bâtiment principal pour en doubler la superficie, soit 7000 m2 supplémentaires de chambres froides négatives et 3000 m2 de quais. L’objectif est de recouvrer les volumes perdus durant la crise et de drainer de nouveaux marchés. Nous disposerons, à l’achèvement des travaux, en septembre 2022, d’espaces supplémentaires pour nous développer, notamment sur la partie restauration commerciale (restaurants/brasseries), segment sur lequel nous sommes encore sous-représentés sur le marché parisien et francilien. » Les équipes (actuellement 270 personnes) seront amenées à s’étoffer. Des recrutements sont prévus sur des postes de préparateurs de commandes, de chauffeurs-livreurs… ainsi qu’une réorganisation du travail qui s’appuiera sur la rotation du personnel en 3×8.

Pomona Passion Froid – 1 – 2 Rue du Palmer – Saint-Ouen l’Aumône

Tél. : 01 34 30 15 15

www.groupe-pomona.fr

Val d’Oise : des images satellites pour lutter contre les dépôts sauvages

Val d’Oise : des images satellites pour lutter contre les dépôts sauvages

Le conseil départemental du Val-d’Oise vient de voter un plan global de prévention et de lutte contre les dépôts sauvages. Celui-ci prévoit une expérimentation inédite : utiliser des photos satellites et l’intelligence artificielle pour repérer rapidement les nouvelles décharges.

Les dépôts sauvages affectent les paysages du Val d’Oise et nuisent à son attractivité. De plus en plus présents à la campagne comme en ville, ils sont une source de pollution des sols et des cours d’eau, ainsi qu’une cause d’insalubrité.

La lutte contre ces dépôts génère des coûts croissants supportés par les collectivités. Il est à noter que plus de 200 points de dépôts illégaux de déchets sont identifiés sur le territoire. Ainsi, le plan régional de prévention et de gestion des déchets d’Ile-de-France évalue le coût annuel cumulé pour leur résorption à près de 14 millions € par an en Val d’Oise. Le long de la voirie départementale, un montant de 1,3 million € par an est, par exemple, nécessaire pour le nettoyage des bords de route par le Département.

Le Département aide toute l’année les communes en finançant des opérations de lutte contre les dépôts sauvages (évacuation des déchets, pose de barrière, pièges photos, création de merlons…). Près de 200 000 euros ont déjà alloués aux communes ces deux dernières années.

Solution innovante de repérage des dépôts sauvages par satellite

Le Département, les communes, intercommunalités et la gendarmerie ont exprimé leurs besoins de disposer d’une vision d’ensemble, permettant de localiser et d’appréhender l’évolution des dépôts et décharges illégales de déchets sur le territoire valdoisien, afin d’organiser des actions coordonnées de résorption et de sanction.

Le Département et le syndicat Val d’Oise Numérique ont engagé depuis mai 2022 une expérimentation unique en France de repérage des dépôts sauvages et des décharges illégales par satellite. Ces images du Val d’Oise prises de l’espace sont analysées à l’aide de l’intelligence artificielle. Cette solution est développée par l’entreprise valdoisienne Disaitek. 100 000 euros ont été investis dans cette solution.

Cette opération innovante permettra également au Département et son futur Centre départemental de supervision (ouverture été 2023) de mobiliser des caméras mobiles sur le site repéré.

Basée à Fontenay en Parisis, la start-up, qui a travaillé à la détection d’exoplanètes, propose de déceler la formation de dépôts sauvages à partir des images fournies  par les satellite Pléiades, déployées par Airbus. Pour l’instant, des photos sont prises tous les 15 jours, sur l’intercommunalité de Carnelle Pays-de-France, et deux autres intercommunalités seront bientôt concernées par la prise de clichés autour de la forêt de Pierrelaye Bessancourt. L’expérimentation couvrira tout le territoire d’ici la fin de l’année.