Des valeurs humaines fortes, la marque de fabrique de CAP ENFANTS

Des valeurs humaines fortes, la marque de fabrique de CAP ENFANTS

La première crèche CAP ENFANTS a ouvert ses portes en novembre 2006 à Gennevilliers. Depuis, la société, créée par Claudia Kespy Yahi, a dupliqué son modèle, notamment à Cergy, et emploie 120 personnes. Le concept traduit la volonté de créer un accueil collectif qui privilégie le bien-être et l’épanouissement des tout-petits. Cap Enfants s’appuie sur La Bulle Musicale, une demi-sphère de 9 m² et 2 m de hauteur, brevetée au niveau international depuis 2008, dans laquelle les enfants peuvent en toute autonomie écouter des sonorités et visionner des images associées. Claudia Kespy Yahi nous en dit plus sur sa manière de conduire l’entreprise : en privilégiant l’innovation sociale, elle appuie sur des « collaborateurs heureux » et des « professionnels valorisés ».

Comment parvenez-vous à fidéliser vos nouveaux collaborateurs ?

L’entreprise est en constant recrutement. Nous sommes très attentifs à l’accueil qui leur est réservé, et d’autant plus aujourd’hui, car les candidats ont le choix. La première impression est très importante. Pour bien les accueillir, nous avons mis en place quelques gestes simples : un livret d’accueil ainsi qu’une tasse à café, un stylo leur sont offerts, la charte de l’entreprise et le règlement interne leur sont remis. Chaque nouveau collaborateur est accompagné par un autre professionnel pour faire ses premiers pas dans l’entreprise. Le tutorat est important pour rassurer et guider, faire en sorte que le nouvel arrivant se sente bien intégré, perçoive l’état d’esprit qui règne dans la société et s’intègre plus rapidement. Nous sommes très vigilants sur un point en particulier : que les discours tenus au moment du recrutement correspondent bien à la réalité.

Les candidats sont-ils plus volatiles ?

Les gens sont plus exigeants et surtout, ils recherchent du sens à ce qu’ils font, une finalité. Chez Cap Enfants, nous leur proposons de rejoindre une entreprise aux valeurs fortes. Notre bulle musicale participe de façon ludique à l’éveil des sens des petits, à l’acquisition du langage, à la socialisation des enfants (comprendre, parler…) afin d’offrir à tous les mêmes chances. Les gens prennent part à un projet pédagogique utile, en perpétuelle évolution et nourrissent un sentiment d’accomplissement. Nous travaillons beaucoup sur la formation continue  (VAE) : cela oblige tous les membres de l’équipe à grandir et à évoluer. Cet ensemble renvoie une belle image : les gens sont fiers d’y prendre part, cela les motive. Nous clients le perçoivent également puisque nous avons 100% de taux de fidélité depuis 13 ans.

Quels profils recherchez-vous ?

Pour travailler auprès des enfants, il faut des gens qui ont en eux cette vocation. Avoir les bons gestes techniques ne suffit pas : ils doivent être capable de gérer la relation avec de jeunes enfants, au niveau émotionnel, relationnel, psychologique, faire preuve de stabilité. Les besoins ne sont pas minorés en fonction de la taille et tout commence dans la petite enfance. Parfois, nous avons en face de nous des personnes qui manquent de codes, de repères, mais qui, si on leur en donne l’opportunité, se révèlent dans ce qu’elles font. L’entreprise a un rôle social à jouer et cela est très valorisant. Nous avons embauché et formé chez Cap Enfants des gens « cassés » par la vie, qui se sont « réparés » chez nous, s’épanouissent dans leur métier et sont toujours à nos côtés.

Qu’avez-vous de plus que les autres à offrir aux candidats ?

Nous leur offrons, s’ils adhèrent à la philosophie de l’entreprise, une carrière et des perspectives. Autre facteur d’attractivité : la cohésion et l’ambiance. Chez Cap Enfants, les professionnels sont respectés, le cadre est juste. Il n’y a pas de favoritisme et nous ne pratiquons pas l’autoritarisme géré par la peur. Les managers sont impliqués. Je veille à ce qu’il n’y ait pas d’incompréhension, qu’entre la parole et les actes, les choses soient cohérentes pour ne pas susciter de déceptions. La management et la communication sont très importants : dès lors que les gens ont confiance, ils adhèrent et nous soutiennent. A côté de cela, nous leur proposons de petits avantages que chacun apprécie : comité d’entreprise, restaurant interentreprises, congés supplémentaires, mode de garde, distribution de bonbons, de pommes et de clémentines… Lorsque nous remportons un contrat, l’équipe profite d’une récompense collective et marquante en allant diner dans un restaurant étoilé Michelin. Les salariés ne pourraient pas forcément s’offrir ce type de sortie individuellement. C’est un moment convivial que nous partageons tous ensemble.

En quoi l’entreprise est-elle gagnante ?

Le salaire n’est pas la première source de motivation en entreprise. Etre heureux dans son travail, partager des valeurs positives, avoir un sentiment d’appartenance répond à une véritable attente. Si les gens sont motivés et se sentent bien, l’effet est vertueux, l’entreprise y gagne à tous les niveaux.

https://www.capenfants.com

 

Pour aller plus loin :

Memo : Marque employeur et e-réputation : les bonnes pratiques

 

Contact Entreprises : le Val d’Oise continue d’attirer les investisseurs

Contact Entreprises : le Val d’Oise continue d’attirer les investisseurs

Les investissements dans l’immobilier d’entreprise se portent bien. Ce mercredi, s’ouvre le SIMI, vitrine du marché français de l’immobilier d’entreprise, lieu d’échanges et de débats. Ce grand rendez-vous d’affaires entre professionnels permet aux collectivités d’exposer leurs opportunités en matière de projets immobiliers. Le département y sera représenté avec la présence du CEEVO et de nombreuses communautés d’agglomérations. Rendez-vous est donné les 5, 6 et 7 décembre au Palais des Congrès, Porte maillot. Pour coller à l’actualité, la rédaction a fait le point sur les grands projets en cours dans le département. A lire également : le portrait d’Hervé Deniau, nouveau directeur des Trois Fontaines, des pages spéciales sur la folie des Escape Games et un sujet sur quelques artisans valdosiens, à quelques semaines de Noël. Bonne lecture à tous !  Pour le découvrir cliquez sur ce lien : contact156

L’association Axe Majeur continue de valoriser l’oeuvre de Dani Karavan

L’association Axe Majeur continue de valoriser l’oeuvre de Dani Karavan

L’association Axe majeur de Cergy-Pontoise a tenu son assemblée générale le 30 octobre. Sa vocation est de faire connaître cette œuvre monumentale emblématique conçue par l’artiste Dani Karavan, d’agir auprès des autorités locales pour en assurer la conservation et d’aider au montage de nouvelles opérations de mécénat. Déjà deux opérations de mécénat auprès des entreprises de Cergy-Pontoise ont permis l’installation des Douze colonnes, devenues l’un des symboles de la ville, et la plantation d’arbres dans la descente vers l’Oise. Les membres de l’association se mobilisent pour continuer à être créatif dans ce domaine.

L’Association Axe majeur accompagne la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise et Dani Karavan dans la poursuite et l’animation de cet espace exceptionnel, véritable « signature de Cergy-Pontoise. Elle est le reflet de la diversité et de l’énergie créatrice du territoire, elle réunit et fédère les partenaires, les acteurs et les personnalités qui, dans leur domaine, apportent leur soutien au projet : les institutionnels, les élus, le Département, la Région, l’Etat, le monde culturel, l’Université, la Scène nationale, la fondation Royaumont, l’Ecole national d’art, la base de loisirs de Cergy-Pontoise, les professionnels de l’architecture et de l’urbanisme, les acteurs économiques dont les 50 entreprises mécènes qui depuis plus de vingt temps ont directement contribué à sa réalisation.

L’Association Axe majeur a pour vocation de faire vivre et faire connaître ce lieu emblématique où se déroulent de grands événements : feux d’artifice, concerts, manifestation « 100 Contests », foire d’art contemporain, journées du Patrimoine, animations scolaires… Elle imagine et anime les opérations de mécénat destinées à financer des étapes du projet.

En un mot, l’Association s’investit pour que l’Axe majeur continue à évoluer et soit un lieu de vie et d’expression créative, ouvert à tous. Le site internet de l’association (www.axe-majeur.info) a été entièrement refondé début 2017. La visibilité qu’il donne au lieu et à son ouverture sur le paysage du bassin de Paris a attiré de nombreux tournages de films d’entreprise, musicaux et culturels. L’Axe majeur, ainsi déjà entré dans le patrimoine de l’agglomération, n’attend plus que sa reconnaissance par les labels officiels comme lieu remarquable d’invention artistique et paysagère de notre temps.

Une exposition consacrée à l’œuvre de Dani Karavan, dont l’Axe majeur est une des pièces principales a lieu actuellement à Paris, et jusqu’au 19 janvier 2019, dans la Galerie Bucher-Jaeger du Marais. L’association est actuellement présidée par Michel Jaouën, l’un des architectes fondateurs de ce projet.

la STIVO donne le coup d’envoi de la collecte de jouets « Noël pour Tous » 2018

la STIVO donne le coup d’envoi de la collecte de jouets « Noël pour Tous » 2018

‘Recyclez’ vos jouets et offrez-leur une seconde vie ! Les Restos du Cœur et la STIVO lancent un appel aux dons de jouets du lundi 3 au dimanche 9 décembre 2018. La collecte de jouets Noël pour Tous est une action solidaire lancée par la STIVO afin de récolter des jouets et des jeux en bon état pour les enfants par le relai de l’association Les Restos du Cœur.

Pour cette 16e édition, les Restos du Cœur et la STIVO font appel à la générosité de tous pour récupérer des jouets neufs ou en bon état au profit de familles en difficulté : Jeux de société, puzzles, peluches, jeux vidéo, figurines, jeux de construction, poupées, voitures… en bon état !

Un dispositif de collecte est mis en place pour récolter les jouets du lundi 3 décembre au dimanche 9 décembre :

  •   Auprès des Conducteurs bénévoles STIVO, dans le Bus de Noël, stationné en semaine de 12h à 14h du lundi 3 au vendredi 7 décembre, au centre commercial de l’Oseraie à Osny.
  •   Dans les Points Relais partenaires de l’opération (Mairie de Neuville-sur-Oise, Boutique Transports à Cergy-Préfecture, le siège de la STIVO) dès le lundi 3 jusqu’au dimanche 9 décembre.Les bénévoles des Restos du Cœur se chargeront par la suite de trier, nettoyer et redistribuer les jouets collectés aux familles pour Noël.Tous les jouets en bon état récoltés vont permettre à des enfants issus de familles en difficulté de passer, comme tous les autres, un joyeux Noël !

    Les Restos du Cœur et la STIVO comptent sur la générosité des Cergypontains pour offrir un joyeux Noël à ceux qui en ont le plus besoin. Faites passer le message autour de vous.

Usine Paul Prédault : une nouvelle vie pour le site gonessien

Usine Paul Prédault : une nouvelle vie pour le site gonessien

Le Groupe Essor s’est principalement fait connaître pour ses réalisations en régions. Aujourd’hui, il s’attaque à l’immobilier d’entreprise en Île-de-France. Fort d’un premier chantier industriel d’envergure en cours à Roissy, Essor poursuit son développement en région parisienne avec un projet stratégique de transformation urbaine dans le Val d’Oise afin de reconvertir l’ancienne usine Paul Prédault en friche.  Les travaux commenceront en 2019 pour une livraison en 2020. 

C’est dans la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France et la ville de Gonesse qu’Essor Développement a remporté un appel d’offre et vient de déposer un permis de construire. Marquée par une histoire urbaine forte, cette commune francilienne laissait apparaître l’ancienne usine Paul Prédault en friche. Réinventer cet espace, le réinvestir est le défi relevé par Essor en tant que maître d’ouvrage de l’opération.

Un projet à fort impact : 7 600m2 repensés pour dynamiser un territoire

La singularité du projet porté par Essor réside dans son côté résolument urbain, durable et esthétique : l’objectif est d’inscrire les deux bâtiments d’activités (5 400 m2) et celui de bureaux (2 200 m2) dans l’écosystème local.
Situé à deux pas de l’aéroport de Roissy, de celui du Bourget et de Villepinte dans une zone où sont installées des sociétés leaders de l’événementiel, ce parc est attendu par les entreprises déjà présentes dans l’agglomération qui pourront y nouer des relations en bonne intelligence.

La puissance du groupe Essor consiste à offrir des prestations multiples et sur mesure pour ses clients privés, comme pour les collectivités locales.
En tant qu’interlocuteur unique, Essor propose un accompagnement sur mesure aux collectivités locales, garantissant une exploitation saine et féconde de ses immeubles, puisque le Groupe en demeure pour partie le propriétaire. Cet engagement qualitatif génère une dynamique économique vertueuse, dont les impacts touchent le cœur de la ville. Il s’agit de dessiner les contours de la ville de demain, aussi agréable à vivre que pratique pour travailler, afin que les bienfaits d’un paysage urbain repensé puissent rejaillir sur tous.

Entreprise familiale, Essor est un constructeur d’immeubles à usage professionnel structuré autour de 5 métiers : développement de programmes immobiliers, construction clé en main, maîtrise d’œuvre, ingénierie agroalimentaire, ingénierie de financement. Créé en 2006 par David Pouyanne, puis rebaptisé en juin 2017, le groupe Essor s’est d’abord appelé DPG puis Groupe DPG DELTA avec le rachat du groupe Delta. Bénéficiant aujourd’hui de 10 implantations en France, le groupe emploie 150 personnes pour un chiffre d’affaires de 72M€ en 2017, compte plus de 2 250 réalisations à son actif, dont quelques réalisations emblématiques récompensées aux Pyramides d’Argent de la FPI et aux Green Solutions Awards 2018. David Pouyanne, fondateur et PDG du Groupe a reçu le trophée d’entrepreneur de l’année 2018.

www.essor.group 

Le Val d’Oise : champion européen du déploiement du très haut débit par la fibre

Le Val d’Oise : champion européen du déploiement du très haut débit par la fibre

La Commission européenne a remis le Trophée du meilleur projet de déploiement du très haut débit au Val d’Oise lors de la cérémonie des “European Broadband Awards 2018“, catégorie “Ouverture et compétitivité“. C’est la première fois qu’un projet français se voit récompensé par la Commission européenne dans ce concours annuel.

« Je me réjouis que notre projet de déploiement du très haut débit par la fibre dans les zones peu denses soit reconnu au niveau européen. Nous tiendrons nos engagements : tous les foyers et entreprises du Val d’Oise seront connectés au très haut débit par la fibre d’ici fin 2020 », a souligné Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise.

Ce prix récompense particulièrement le projet très haut débit du Val d’Oise pour la qualité technique de ses infrastructures, la transparence du catalogue de services et leur ouverture sans discrimination à l’ensemble des fournisseurs d’accès internet. La création de conditions favorables à la concurrence a largement été saluée par Mariya Gabriel, Commissaire européenne à l’Économie et à la Société numériques, lors de la remise du trophée.

Depuis 2011, le Département du Val d’Oise mène une politique volontariste pour le déploiement du très haut débit sur son territoire (184 communes ; 1,2 million d’habitants). Le Département et le Syndicat mixte Val d’Oise numérique ont pris deux initiatives publiques (Debitex et Vortex) pour assurer le déploiement de la fibre optique jusqu’à l’habitant dans les zones périurbaines et rurales. Ces initiatives viennent compléter le déploiement de la fibre entrepris par les deux opérateurs Orange et SFR sur les zones denses (69 communes). Aujourd’hui, 66% des foyers et entreprises du territoire sont connectés au très haut débit.

« Cette récompense européenne est une fierté pour Val d’Oise Numérique qui pilote les grands projets numériques du Val d’Oise aux côtés du Département depuis 2015. Le Val d’Oise, référence en France en matière de déploiement de la fibre optique par la complémentarité des initiatives privées et publique, est désormais reconnu à l’échelle européenne. Nous innovons et n’hésitons pas à faire preuve d’audace avec des sociétés comme TDF et SFR, nos délégataires de service public, mais aussi en impulsant des projets numériques inédits et novateurs tels que le Hub numérique Nikola Tesla, la boucle optique à ultra haut débit dédiée à l’éducation aux sites publics ou encore le Datacenter communautaire régional de Champagne sur Oise… » a souligné Pierre Édouard Eon, Conseiller départemental délégué au Numérique et Président du Syndicat mixte Val d’Oise Numérique.

Légende : Rachid Adda, directeur général de Val d’Oise Numérique, Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise, et Pierre-Edouard Eon, Conseiller départemental délégué au Numérique et Présidente du syndicat Val d’Oise numérique.