Initiactive 95 investit le Campus Veolia pour sa soirée des  entrepreneurs engagés

Initiactive 95 investit le Campus Veolia pour sa soirée des entrepreneurs engagés

Initiactive 95 organisait lundi 25 juin la soirée des entrepreneurs engagés #MADEIN95, suite à son assemblée générale . L’événement s’est déroulé à l’Institut de l’environnement urbain (campus Veolia) de Jouy le Moutier. Intiactive 95 (20 salariés, 100 bénévoles) oeuvre pour la réussite des porteurs de projet, en les accompagnant dans leur processus de création et en les faisant profiter de l’écosystème valdoisien, qui favorise la réussite entrepreneuriale. La soirée qui a mis l’accent sur l’entreprise au féminin a été étayée de nombreux témoignages de créatrices et d’élues comme Stéphanie Von Euw, vice-présidente de la région Ile-de-France.

L’association, présidée par Michel Lefevre, développe depuis de nombreuses années l’entrepreneuriat dans le Val d’Oise pour favoriser la création d’emplois. Elle apporte son appui et l’accompagnement nécessaire aux personnes qui montent leur entreprise et prennent des risques pour leur réussite. Elle intervient à différents niveaux : amorçage, financement, intermédiation bancaire, mais aussi mise en réseau des chefs d’entreprise et parrainage des entrepreneurs.

A l’occasion de cette soirée, Intiactive 95 est revenu sur le bilan de l’année passée. En 2017, 25 millions d’euros ont été investis dans le Val d’Oise par les entreprises financées par Initiactive 95. L’activité en 2018 est en croissance de 33% à fin mai et le taux de pérennité à 3 ans est de 87%. L’association développe approche très globale : « Une fois l’entreprise créée, nous ne laissons pas tomber les bénéficiaires, qui sont suivis par des parrains et peuvent prendre part à un groupe de prévention pour éviter, en cas de difficultés, de se retrouver au Tribunal de commerce », a indiqué Michel Lefevre, président de l’association.

Cyril Baraban, directeur de l’association, a évoqué le nouveau projet d’Initiactive, le fonds santé, financé par la Région ile de France, la caisse des Dépots, et le Crédit agricole Ile-de-France. Il s’agit d’une action d’accompagnement et de financements dédiée aux professionnels libéraux de santé, inscrits à l’ordre. « Chez les médecins les effectifs ont baissé de 6% entre 2017 et 2015, cette baisse se poursuivra jusqu’en 2020. S’installer coûte cher, c’est pourquoi , nous mettons en place ce dispositif pour les encourager à sauter le pas. »

L’équipe a également présenté le projet d’incubateur / accélérateur d’entrepreneuriat engagé. La société Koena créée par Armony Altinier, qui met l’accessibilité numérique au service de l’inclusion des personnes handicapées, a été appelée à témoigner en tant qu’entreprise solidaire d’utilité sociale.

Pour conclure la soirée, Initiative 95 a mis à l’honneur de jeunes entrepreneuses valdoisiennes, qui ont pu parler sur scène de leur expérience, évoquer leur parcours, leurs difficultés, leur projet, dévoiler un peu de leur histoire personnelle et expliquer comment l’intervention d’Initiactive 95 a pu être déterminante dans leur réussite. Parmi elle Naelle d’Hainaut (restauration) : l’Or Q’idée ; Caroline Paredes (Corporate) : objets publicitaires ; Johanna Guimard (Jo Bike Team) : accessoires moto pour les femmes ; Valérie Gautier (Ze Fab Truck) : ateliers créatifs et technologiques itinérants ; Sylvie Le Bohec (Velioka) : services à la personne ; France Marqué (Crossfit Red Légion) : salle de sport ; Emilie Huynh (Terrabière) : création de bières locales et Allison Machefer (Menestia) : création de sacs intelligents. « Nous avions la volonté de valoriser ces créatrices, car il est important de continuer à encourager les femmes dans leur démarche, qui ne sont ne pèsent encore que 35% dans nos effectifs de créateurs. » 

95 femmes du Val d’Oise se mobilisent pour « le coeur des femmes »

95 femmes du Val d’Oise se mobilisent pour « le coeur des femmes »

Le lundi 2 Juillet, pour faire reculer le nombre de femmes victimes d’une maladie cardio-vasculaire, 95 femmes du 95 se mobilisent…. et vous ? Cette opération est lancée conjointement par le ConseilDépartemental du Val d’Oise et la ville d’Enghien. Elle est parrainée par Marie-Christine Cavecchi, Présidente du conseil départemental du Val d’Oise. Par l’intermédiaire de cette opération, les femmes du 95 entendent agir pour attirer l’attention des autres femmes sur les facteurs de risques et la montée en puissance des maladies cardio-vasculaires.

Les 95 premières femmes, rejointes par des beaucoup d’autres à l’avenir, se réuniront le 2 juillet au Conseil Départemental du Val d’Oise pour une photo géante et l’enregistrement de mini-clips vidéo. Ces femmes prennent plusieurs engagements : sensibiliser les femmes en partageant l’opération « 95 femmes… » sur les réseaux sociaux et les médias auxquels elles ont accès ; agir en apprenant les gestes qui sauvent (massage cardiaque, utilisation d’un défibrillateur…) et sauver des vies en incitant à équiper leur lieu de travail d’un défibrillateur.

Les maladies cardio-vasculaires tuent 7 fois plus de femmes que le cancer du sein. Une femme sur trois meurent d’une maladie cardio-vasculaire. Chez les femmes de moins de 50 ans, l’infarctus a triplé ces 15 dernières années. Depuis 10 ans, l’infarctus du myocarde a diminué chez les hommes.

Dans le même temps, il a augmenté chez les femmes. Près de la moitié des femmes victimes d’infarctus, ne ressentent pas les symptômes classiques. Ces chiffres sont alarmants et méconnus notamment par les femmes elles-mêmes.

A cette occasion, la chaine TNT ViàGrandParis délocalise son plateau TV au sein du Conseil départemental pour une émission spéciale en direct sur le « cœur des femmes ». Les participantes seront également invitées à poser pour une photo de groupe avec l’ensemble des femmes mobilisées pour cette cause.

www.lesentretiensdenghien.com/colloque/le-cœur-des-femmes

Exertis inaugure sa nouvelle plateforme logistique à Marly la ville

Exertis inaugure sa nouvelle plateforme logistique à Marly la ville

Exertis, distributeur majeur d’électronique grand public et filiale du groupe DCC achève sa transformation organisationnelle et logistique. Il vient d’inaugurer, conjointement avec Prologis, son tout nouvel entrepôt : une structure performante de 24 000 m², déployée sur l’ancienne friche industrielle de Marly La Ville.  Parallèlement, l’entreprise s’apprête très bientôt à dévoiler son nouveau siège social à Saint Denis dans le quartier Pleyel.

Exertis et Prologis ont inauguré le 19 juin l’ouverture officielle d’un nouvel entrepôt à Marly La Ville. De cette collaboration est né une plateforme de 24 000 m2, pensée et construite selon les toutes dernières normes technologiques et environnementales.

Avec plus de 150 marques partenaires dans le domaine du Computing, du Gaming, de la Mobilité et de l’Audio Vidéo, Exertis est un distributeur majeur multi-spécialiste à valeur ajoutée, dans le domaine du B2C, B2B, retail et etail. A travers ce projet, l’entreprise frappe fort et concrétise son ambition de croissance, vers une plus grande réactivité et performance logistique. Dans le même temps, ce projet a permis la réhabilitation d’une friche industrielle dans un site dynamique et attractif et contribuera au développement d’un pôle de compétitivité dans une région en forte évolution..

Ces deux nouvelles structures marquent l’aboutissement d’un projet majeur pour Exertis : rassembler et optimiser l’activité de l’entreprise pour une plus grande performance, à tous les niveaux.

En quelques chiffres : l’entrepôt Exertis à Marly-La-Ville c’est… 24 000 m² de surface ; + 45% d’espace de stockage; L’équivalent de 5 stades de football

Et le déménagement de… 9000 références produit ; 6 000 palettes ; 200 camions ; 47 jours de déménagement actif entre Roissy et Marly

Bezons : l’emploi local au coeur du nouveau projet urbain de la ville 

Bezons : l’emploi local au coeur du nouveau projet urbain de la ville 

Les travaux de Bezons Cœur de Ville ont été officiellement lancés. Principal programme de l’aménagement du nouveau centre-ville, il développera plus de 700 logements, 18 000 m2 de commerces dont une grande surface alimentaire de 3 500 m2, une dizaine de restaurants (une quarantaine de boutiques), un cinéma de 5 salles, une salle de fitness organisés autour d’un espace public majeur. Sa réalisation a été confiée à Altarea Cogedim et au Groupe Imestia à l’issue d’une consultation de la ville de Bezons et de Sadev 94, aménageur. Ce projet urbain entend favoriser l’emploi local. Les premières livraisons interviendront dès 2019.

Dès son lancement Cœur de ville a mis en place une charte de développement durable qui engage l’ensemble des entreprises impliquées dans l’opération à s’inscrire dans une démarche de développement durable globale et à mettre en œuvre les actions définies afin d’atteindre les performances visées tant pour le chantier que pour l’exploitation des commerces. L’ensemble des acteurs intervenant dans Cœur de Ville se sont engagés à favoriser l’insertion professionnelle locale.

Ainsi, les entreprises de construction doivent employer, pour effectuer les travaux, un minimum de 5% de personnes en insertion habitant Bezons ou le secteur. Cette initiative se poursuivra une fois les livraisons réalisées : les commerces devront également favoriser l’emploi de salariés locaux. Bezons se situe au cœur d’un bassin d’activités et d’emplois avec de nombreuses entreprises industrielles et de services de grande qualité : Atos, EMC2, Léon Grosse, Riber, Le Joint Français, Bidim, Ales Groupe, Eratome…

Le Nymphée, la nouvelle table du château d’Auvers 

Le Nymphée, la nouvelle table du château d’Auvers 

L’expérience impressionniste que propose le Château d’Auvers autour du paysage et des peintres avec son nouveau parcours immersif “Vision Impressionniste” se poursuit au restaurant “Le Nymphée”, où le chef Cédric Barbet décline une carte valorisant les produits du terroir local. Dans l’ancienne orangerie du château, deux nouveaux espaces de restauration associent charme authentique et design contemporain : l’Orangerie, avec ses voûtes du XVIIe siècle, et l’Atelier, pour une ambiance plus contemporaine. Le restaurant tient son nom du nymphée du XVIIIe siècle, rare édice d’ornement en mosaïque de coquillages que l’on peut admirer à l’entrée. L’orangerie a également retrouvé sa fonction initiale avec ses orangers calamondins aux parfums gourmands qui se déploient sur la terrasse installée dans la cour d’honneur en été.

Cédric Barbet fait ses gammes à “La Bourride” à Caen avec le chef Michel Bruneau, puis en 2000 chez Alain Ducasse au Plaza Athénée. Il tient ensuite pendant neuf ans sa propre table à Pontoise. En 2014, il découvre la modernité en cuisine au Pavillon Ledoyen. Il restera deux ans auprès de Yannick Alléno qui deviendra son mentor, lui transmettant notamment son goût pour l’art des sauces qu’il a brillamment réhabilité dans la grande cuisine contemporaine.

A la table du Château d’Auvers depuis 2017, Cédric Barbet développe une cuisine inventive et rafinée, alliant tradition des terroirs et modernité. Renouvelée toutes les 4 à 6 semaines, la carte propose des plats entièrement “faits maison”, avec une attention particulière portée aux produits locaux dans le respect des saisons. Chaque sauce, légère et toute en saveurs, est servie à part et les produits sélectionnés avec soin sont sublimés tant dans leur préparation que leur présentation. Le chef dessine ses plats, mettant en valeur l’aspect graphique de chaque assiette que vient par exemple rehausser une feuille de betterave ou de coriandre. Ailleurs, il érige un dessert au rang de sculpture, comme cette tarte aux fraises déstructurée.

Toujours respectueuse du produit, la table de Cédric Barbet décline aussi bien la cuisine fusion, avec un saumon fumé au château présenté en sashimi, que des recettes traditionnelles. Pour un bœuf bourguignon, par exemple, il apporte une touche de modernité personnelle tout en observant la rigueur d’un mode de cuisson ancestral, dans une alliance du moderne et de l’ancien qui le caractérise. Il crée également des plats en trompe-l’œil comme ce cabillaud de céleri dont la brunoise aiguise les sens dans une inspiration terre-mer rappelant ses origines normandes.

Produits auversois et circuits courts pour une cuisine healthy

Une large place est faite aux produits du terroir local. Ainsi, volailles et légumes frais proviennent de fermes alentour avec lesquelles le chef a engagé un partenariat dans un souci de consommation et de production responsables en respect de circuits courts et d’une agriculture raisonnée : volailles de la Ferme des Vallées, légumes de la Ferme des Tournelles, chèvre bio de la ferme du Bouc Vert, toutes à Auvers-sur-Oise, champignonnière de la Marianne à Méry-sur-Oise, foie gras de l’Oise, boucherie à la ferme des frères Benz à Wy-dit-Joli-Village, ou encore les vins de la Cave du Clos, caviste près d’Enghien… De l’asperge d’Argenteuil aux violettes que Cédric Barbet cueille lui-même dans le parc du château, 90 % des fruits (exception faite des ananas et des citrons verts) et légumes frais proviennent d’Auvers-sur-Oise, dans une volonté af rmée de prolonger dans l’assiette l’expérience du paysage impressionniste.

 

“Le Nymphée” est ouvert tous les midis du mardi au dimanche, de 12h à 14h, ainsi que les jours fériés.

Depuis sa réouverture en 2017, “Le Nymphée” reste ouvert en soirée les vendredis et samedis, de 19h à 21h30.

Menus midi : 19,90 € (entrée + plat ou plat + dessert) et 26,90 € (entrée + plat + dessert)
Carte : entrées à partir de 10,90 €, plats de 20,90 à 34,90 €, desserts à partir de 8,90 €

Belle carte des vins : de 15 € (Pays d’Oc IGP, 2016) à 68 € (Côte Rôtie, Guigal, 2013)

Réservation recommandée : 01 34 48 48 56